Nezha Lahrichi

Ancienne conseillère du Premier ministre ... ex-parlementaire, ex-présidente du Conseil national du commerce extérieur.

Le Moment Populiste du Maroc (I). Pouvoir et religion : la spécificité marocaine

Le 26 juillet 2021 à 11h28

Modifié 23 août 2021 à 19h09

Mobiliser le plus grand parti de notre pays, celui des abstentionnistes est le grand défi des prochaines échéances électorales. Le choix d’une série d’articles autour d’une démocratie fatiguée, mais toujours en mouvement, et du populisme, un des traits marquants du début de ce siècle avec ses multiples visages,  répond au souci de s’inscrire dans cette  conjoncture. L’objectif est, également, d’apporter  un éclairage sur l’histoire récente de la vie politique du Maroc et son moment populiste. Il s’agit du regard d’une économiste souhaitant remettre le politique avant l’économique. Un devoir de lucidité.

La prégnance de la religion sur la politique est une évidence. Elle joue un rôle déterminant, en permettant d’identifier les enjeux politiques non seulement dans les pays musulmans mais également dans le reste du monde.

L’Institut Montaigne, un think tank connu pour la qualité de ses publications, lui a consacré un grand rapport  « la fabrique de l’Islamisme »(2018) lequel, malgré ses  six cents pages ne traite pas de l’ensemble des sujets étroitement liés à cette question comme la radicalisation au nom de l’Islam. L’ambition, est-il précisé, est de faire connaître non pas l’Islam mais l’islamisme comme « idéologie qui veut défier le projet libéral occidental et surtout d’analyser comment ce récit s’est installé sur tous les continents.

La réforme multidimensionnelle de l’Islam marocain, menée par le Roi Mohamed VI, constitue un modèle qui a su répondre à l’extrémisme religieux et ses dérives grâce la nature du régime politique. L’approche retenue est liée à l’histoire récente du Maroc et à ses valeurs fondatrices qui ont permis d’intégrer des partis d’obédience islamique dans le jeu politique. La nature religieuse du pouvoir du Roi est connue et reconnue : l’islam est religion d’Etat et le roi commandeur des croyants, par conséquent le créneau de l’Islam n’est pas clivant dans le champ politique, l’institution monarchique étant au-dessus et en dehors de l’élite politique dans un contexte social, marqué depuis des siècles, par l’emprise de la religion. Les élites politiques ne voient aucune incompatibilité entre démocratie libérale moderne et la commanderie des croyants.

La menace de l’Islam radical a consacré le monopole du Roi sur la religion et s’est traduite par le passage d’une situation de tradition à une situation de droit (Tozy 2013). La  corporation des Oulémas n’est plus  conçue  comme un contre- pouvoir. La globalisation de l’islamisme et le développement du terrorisme, qui n’a pas épargné le Maroc considéré comme une exception dans le monde arabe, ont transféré la religion de l’espace de légitimité à celui de sécurité. Les attentats du 16 mai 2003 à Casablanca constituent un tournant dans la relation entre l’État et la religion à travers la redéfinition de l’Islam marocain et une profonde restructuration du champ religieux.

Cette singularité marocaine est consacrée par  la constitution de 2011 adoptée par référendum dans le sillage « du printemps arabe ». L’article 41 stipule « le Roi Amir Al Mouminine, veille au respect de l’Islam », un rôle conforté par sa présidence du Conseil Supérieur des Oulémas, désormais inscrit dans la constitution. Cet article qui institue la commanderie des croyants «influence fortement la pratique politique et permet une certaine lecture de la constitution qui distingue le Roi et en fait plus qu’un chef de l’Etat. Cette configuration dessine les contours d’une arène où se joue la compétition entre les institutions constitutionnelles » Tozy , Jeune Afique , 27/11/2020 : «  la Monarchie Marocaine est crédible dans la gestion du religieux »

I – L’Islam marocain : un modèle d’islam modéré

Au Maroc, l’Islam  s’articule  autour d’une Trilogie : un dogme, un rite, une religiosité soit une formule qui rappelle la devise « Dieu, la Patrie, le Roi » qui définit l’État-nation marocain :

-un dogme ash ‘arite : cette  doctrine constitue une  école majoritaire dans le sunnisme, laisse une grande part à l’homme, sa liberté  de choisir ses actions mais son libre arbitre et sa volonté sont relatifs à la création de Dieu. Ce dogme n’admet pas l’excommunication.

-un rite Malékite : les écoles juridiques formées dès la constitution de l’islam ont constitué des rites reflétant la diversité des peuples ayant embrassé l’Islam. Le droit islamique comporte quatre écoles : Malékite, Hanafite, Shafi’ite , Hanbalite. Le Malékisme se réclame de Malek Ibn Anas, juriste et savant de Médine. Implanté en Afrique du Nord, il a étendu son influence à toute l’Afrique de l’ouest et subsaharienne.

– le soufisme, une spiritualité, une identité religieuse nationale axée sur le fonctionnement interne de l’individu. L’effort personnel  est concentré sur la recherche d’un chemin qui conduit à Dieu et au salut et ce chemin peut être trouvé dans la méditation et la purification de l’âme. Hautement mystique, le soufisme est apolitique. Faouzi Skali, docteur en sciences des religions, précise « le soufisme est une voie d’approfondissement spirituel liée à la tradition de l’Islam. Elle n’est donc pas une voie (encore moins une secte) à côté, mais dans le prolongement intérieur de cette tradition. »

Le soufisme apporte des réponses qui concilient tradition et modernité. Le dialogue inter-religieux est l’expression de l’acceptation de l’autre. Le soufisme constitue la devanture d’un islam modéré et fraternel, il constitue donc une protection contre le fanatisme. Pour Driss Jaydane, philosophe, “le salafisme est l’ennemi juré du soufisme en réalité. Le salafiste ne parle de Dieu qu’au passé, alors que le soufi a compris que Dieu est présent”.

2-Les ressorts  de l’islam modéré

Depuis 2003, le Roi Mohammed VI a développé une vision globale, une stratégie intégrée sous le signe de la sécurité spirituelle et de la  stabilité du Maroc. L’axe religieux est central mais il ne prend toute sa signification qu’en le situant, d’une part, dans sa dimension  sociale de lutte contre la pauvreté et dans sa démarche inclusive, d’autre part, en convoquant la question des Droits de la femme.

Réformes et pratiques de l’islam modéré du Maroc

La lutte contre la pauvreté,  la précarité et l’exclusion sociale est inscrite  dans le programme  Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH) lancé en Mai 2005 ;  un chantier de Règne dont la troisième phase a été lancée  en 2019. L’innovation du programme est aussi bien dans sa globalité, à travers le déploiement sur tout le territoire national d’une multitude de projets, qu’à travers sa méthodologie qui s’appuie sur  une démarche participative, par l’implication de milliers d’associations soit un processus décisionnel  des territoires vers le centre (Down/up).

Le dernier  chantier royal  en date, lancé en Avril 2021, concerne la généralisation de la protection sociale, l’Assurance  Maladie Obligatoire dès 2022 puis les allocations familiales et les régimes de retraite à horizon 2025 : une véritable révolution sociale !

La réforme du code de la famille est certainement la meilleure illustration de l’impulsion donnée par le Roi Mohammed VI au processus d’édification d’une société moderne et ouverte mais qui reste attachée à ses valeurs religieuses et culturelles. Le nouveau code consacre le principe de l’égalité entre la femme et l’homme : abolition de la tutelle matrimoniale, adoption du principe de partage des biens, égalité et coresponsabilité entre les époux, élévation de l’âge du mariage, institution du divorce par consentement mutuel,  quasi  suppression de la polygamie etc….  parallèlement, la création de tribunaux de famille, couvrant progressivement l’ensemble du territoire, est l’expression d’ une justice spécialisée qui vise à donner un sens et à assurer la mise en œuvre du  nouveau code du statut personnel, une révolution socio-culturelle donnée comme modèle dans le monde arabo-musulman qui semble reculer sur la question du statut de la femme.

La participation de partis islamistes au pouvoir soulève une question centrale : Est-ce que l’islamisme est une réaction religieuse aux normes et valeurs proposés ou imposés par l’occident ou est ce qu’il s’agit d’une idéologie à part entière à l’instar du libéralisme ou du communisme ? Si on met de côté la création des frères musulmans en Egypte dans les années 1920,  pourquoi l’islamisme a-t-il pris de l’ampleur dans le monde arabe et musulman dans les années 1970 /80 ?

L’émancipation des femmes, au cœur de  la modernisation rapide de ces  sociétés, fournit des éléments de réponse : la baisse de l’analphabétisme, l’amélioration du niveau d’éducation, l’augmentation de l’accès des femmes aux études supérieures, le recul de l’âge du mariage, la baisse de la fécondité etc… ont permis une affirmation de la place des femmes, son accès au marché du travail et à l’espace public ; ce qui remet en cause les hiérarchies patriarcales et modifie le rapport à l’autorité. Plus que la transformation démographique et sociale, c’est  son rythme qui a effrayé : 30 ans pour réaliser ce qui a pris 200 ans en France par exemple ! Les islamistes, hostiles aux transformations sociales qui s’installent, tentent de préserver les structures sociales traditionnelles et de reléguer la femme à l’espace privé.

Au-delà des reformes et des pratiques, l’islam modéré du Maroc est soutenu par une réorganisation institutionnelle et l’encadrement  de l’enseignement religieux.

La restructuration  du champ religieux

La refonte du paysage religieux a concerné la restructuration  du Ministère des Habous et des Affaires Islamiques et la création d’un grand nombre d’institutions.

La réorganisation du ministère s’articule autour de la création de sept directions dont la plus sensible est celle chargée de la gestion des mosquées et des lieux du culte. Elle établit la programmation de la construction des mosquées, leur restauration et leur entretien et instruit les demandes de construction des mosquées  par le privé. En outre, une délégation des affaires islamiques a été créée par  région ou province avec un service des affaires religieuses. Sa mission est la coordination des programmes des délégations implantées sur tout le territoire national, en particulier dans le domaine de la prédication et du contenu des prêches ; ces programmes sont  appuyés par un manuel de procédures aussi bien pour les règles de conduite dans les mosquées que pour l’imam.

Le nouveau  paysage religieux concerne la rénovation d’anciennes institutions et la création de nouvelles instances:

Le Conseil supérieur des Oulémas,

Crée en 1982  mais  élargi, dynamisé, provincialisé et féminisé  depuis 2004, avec une centralisation de la production des Fatwa  ou effort  jurisprudentiel, afin d’empêcher l’anarchie d’interprétation en matière religieuse. La dynamique des demandes d’avis religieux s’est accélérée émanant aussi bien des administrations que de l’entourage royal. Cette demande publique s’est traduite par l’établissement de normes impliquant des positions politiques au-delà des arguments théologiques.

Les nouvelles fonctions du Conseil répondent à  la volonté royale de construire un Maroc de l’authenticité et de la modernité. L’édiction de fatwas s’appuie sur une approche cognitive avec des règles précises. C’est indispensable de procéder de la sorte car une fatwa répond à un questionnement inédit. Moins de  250 versets coraniques concernent directement des questions légales soit 4% du Coran. Malheureusement, lorsqu’il  y a codification de la religiosité, on s’est noyé dans ces 4% et on a oublié les 96% du texte où il est question de transcendance, d’amour et de vivre ensemble…. autant de thèmes toujours présents dans l’inconscient collectif des Marocains et que nous cherchons à activer  » ( Ahmed Abbadi , jeune afrique 12 novembre 2019).

– La ligue (Rabita) Mohammadienne des Oulémas du Maroc

Créée  par Dahir en 2006 sous forme de fondation  privée dont les membres sont nommés par le Roi,  elle a remplacé la Rabita des oulémas, une association indépendante née au lendemain de l’indépendance. Deux innovations la caractérisent : la modernisation des profils des oulémas formés dans les universités nationales et internationales (le secrétaire général Ahmed Abbadi a un PhD américain ) et une  féminisation avec 11 femmes sur 58 membres du conseil académique.

il s’agit d’une institution chargée de l’innovation religieuse et de la recherche scientifique dans le cadre de partenariats avec des universités marocaines et étrangères. Une bonne partie des thèses de doctorat en sciences islamiques sont préparées au Maroc,  « une coordination et une complémentarité des efforts de la part  de millions de chercheurs permettraient d’optimiser le temps de recherche pour instruire et élucider des problématiques restées en suspens. Au Maroc, nous avons développé un savoir-faire dans ce sens. Nous nous sommes appuyés sur des algorithmiciens pour établir des grilles de lecture pour des thématiques qui méritent intérêt tout en établissant les filtres nécessaires comme l’authenticité du texte et son contexte car il s’agit de millions d’ouvrages, certains avec des dizaines de tomes. Cette approche renforce le leadership du Royaume en matière de structuration du champ religieux « ( Abbadi )

D’autres institutions ont été créées  dans le cadre  de la restructuration de la gouvernance de l’Islam, avec un accent particulier sur  la formation des ressources humaines.

Dar El Hadith El Hassania créée en 2005,  établissement d’enseignement supérieur et de recherche scientifique, chargé de la formation des oulémas et des chercheurs dans le domaine des études islamiques supérieures spécialisées et approfondies.

Un Conseil  Marocain des Oulémas pour l’Europe créé en 2004 et modifié en 2008 pour le bon accomplissement des devoirs religieux et du culte de l’Islam pour les Marocains résidents en Europe.

-La fondation Mohammed VI pour la promotion des œuvres sociales des préposés religieux créée en 2010 et qui dispose de délégations dans les 12 régions du Maroc.

L’Institut Mohammed VI des lectures et études coraniques créé en 2013 pour les formations initiale et spécialisée dans le domaine des lectures et pour la réalisation d’études et de recherches entrant dans le cadre de son objet.

l’Institut Mohammed VI pour la formation des imams, morchidines et morchidates  crée en 2014. Parmi ses missions figure également la formation, la mise à niveau et le perfectionnement des préposés religieux étrangers.

La Fondation Mohammed VI des Oulémas Africains créée en 2015 qui constitue un cadre de coopération entre les Oulémas du Maroc et ceux des pays Africains avec l’objectif de préserver la religion contre les déviations et l’extrémisme et assurer la stabilité et le développement de ces pays.

En définitive, la réforme du champ religieux a donné un contenu concret à l’Islam modéré, d’une part,  par l’amélioration de l’encadrement des lieux du culte  dans le cadre d’une gestion de proximité afin de préserver la pratique religieuse de toutes les dérives et, d’autre part, par l’implication de la femme savante dans la gestion de la chose religieuse et la modernisation de l’éducation islamique.

Après les attentats qui ont durement frappé la France et la Belgique, où vivent de nombreux immigrés marocains, le Roi Mohammed VI, dans un discours prononcé en août 2016 a adressé  au monde « un véritable message intellectuel, spirituel et culturel.» En tant que Commandeur des croyants, il a surtout donné une leçon d’islamologie, remarquable par son universalité. Revenant à plusieurs reprises sur la notion de jihad, versets du Coran et hadiths à l’appui de son propos, le Roi n’a cessé d’insister sur le fait qu’il n’était envisageable que par nécessité d’autodéfense et non « pour commettre un meurtre ou une agression », fustigeant les égarés se réclamant de ces « groupes islamiques qui prétendent incarner le véritable islam ».

Il rappelle ainsi l’illégitimité religieuse des jihadistes, l’engagement de l’islam institutionnel contre l’extrémisme et sa lutte contre le terrorisme (Antoine Sfeir cahiers de l’Orient  2016 /4 N° 124).

La gestion des affaires religieuses, comme le précise Ahmed Toufik, Ministre des Habous et des affaires Islamiques « se développe sous la haute autorité du commandeur des croyants. Ce chantier serait mieux réussi si les acteurs politiques prenaient pleinement conscience de son fondement sur le plan des rapports entre religion et politique, ce qui demande une retenue devant la fascination politique du religieux » et comme le dit Tozy « la monarchie est un compétiteur crédible dans la gestion du religieux, les islamistes au Maroc sont obligés d’en tenir compte et de se contenter de faire de la sous-traitance théologique. »

Autres articles de la série

Le populisme (V) : diversité des visages et similitude du style d’action politique

Le Moment populiste du Maroc (IV): Populisme de droite versus populisme de gauche

Le Moment populiste du Maroc (III): Démocratie en crise et populisme dans le monde

Le  Moment populiste du Maroc (II): PJD, du radicalisme à la normalisation

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Immorente Invest : Avis de convocation à l’Assemblée Générale Ordinaire réunie Extraordinairement le 7 septembre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.