Deux directeurs d’une ONG espagnole dénoncés pour « abus sexuels sur mineurs » au Maroc

L'ONG marocaine "Touche pas à mon enfant" a porté plainte, lundi 6 décembre devant la justice de Tanger, contre deux ressortissants espagnols du conseil d'administration de l'association pour l'intégration des mineurs "Paideia", pour "abus sexuels sur mineurs" et "mauvais traitements". 

Deux directeurs d’une ONG espagnole dénoncés pour « abus sexuels sur mineurs » au Maroc

Le 7 décembre 2021 à 14h22

Modifié 7 décembre 2021 à 19h08

L'ONG marocaine "Touche pas à mon enfant" a porté plainte, lundi 6 décembre devant la justice de Tanger, contre deux ressortissants espagnols du conseil d'administration de l'association pour l'intégration des mineurs "Paideia", pour "abus sexuels sur mineurs" et "mauvais traitements". 

Les deux travailleurs espagnols de ce projet, fruit d’une collaboration maroco-espagnole visant la réinsertion des mineurs, auraient profité de leur autorité et de leurs relations directes avec les mineurs, rapporte le site d’actualité El Español. La plainte déposée évoque également des faits de « traite des êtres humains ».

Les accusés étaient des coordinateurs du centre social Assadaka. Ils sont diplômés dans le secteur de l’enseignement et du travail social, avec une longue expérience dans le domaine de l’enfance, de la jeunesse et de la famille, tant en Espagne que dans d’autres pays. Plusieurs jeunes de ce complexe social se sont plaints, par le biais des médias, des abus qu’ils auraient subis.

L’un d’eux était un technicien de l’Agence espagnole pour la coopération internationale au développement (AECID) en faveur des enfants, au Maroc, au Cap-Vert et en République dominicaine.

« Ils ont fui le Maroc lorsqu’un mineur a menacé de les dénoncer avec une vidéo qu’il avait enregistrée. Ils sont en Espagne depuis 2020 », indique au site d’actualité un membre de l’ONG marocaine Touche pas à mon enfant.

De même, plusieurs sources locales soutiennent que l’autre coordinateur, qui fait l’objet d’accusations de la part des détenus du centre social, « a quitté le Maroc dans des circonstances mystérieuses ».

Les accusés, de leur côté, nient catégoriquement ces accusations auprès du site El Español. De plus, ils assurent ne pas avoir travaillé avec cette ONG marocaine depuis longtemps.

L’association « Paideia » possède deux bureaux à Madrid et à Tolède, en plus d’intervenir à Tanger au sein du centre social Assadaka. Ce dernier est financé par le partenaire local Asociación Raouabit Assadaka et le gouvernement marocain.

 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Mutandis : resultats S1 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.