Le patrimoine personnel de Sheikh Al Amoudi, en cours d’évaluation, sera vendu aux enchères

Suite à la décision de l'extension de la liquidation de la SAMIR à ses dirigeants, le patrimoine personnel de l'ancien PDG de la raffinerie, Mohamed El Hussein Al Amoudi, fait l'objet d'une évaluation. Il sera par la suite vendu aux enchères, y compris ses parts dans l'Amphitrite Palace Hôtel de Skhirat.

Le patrimoine personnel de Sheikh Al Amoudi, en cours d’évaluation, sera vendu aux enchères

Le 28 octobre 2021 à 13h55

Modifié 28 octobre 2021 à 15h23

Suite à la décision de l'extension de la liquidation de la SAMIR à ses dirigeants, le patrimoine personnel de l'ancien PDG de la raffinerie, Mohamed El Hussein Al Amoudi, fait l'objet d'une évaluation. Il sera par la suite vendu aux enchères, y compris ses parts dans l'Amphitrite Palace Hôtel de Skhirat.

Conséquence de la décision d’extension de la liquidation de la Société anonyme marocaine de l’industrie du raffinage (SAMIR) à ses dirigeants, prononcée par le tribunal de commerce de Casablanca le 5 novembre 2018, le patrimoine personnel de Mohamed El Hussein Al Amoudi fait actuellement l’objet d’une évaluation du patrimoine.

Ce patrimoine en question compte des parts détenues par l’ancien PDG de la SAMIR dans l’Amphitrite Palace Hôtel Skhirat. Malgré l’absence de lien juridique avec la SAMIR, l’hôtel se retrouve mêlé à la procédure en raison de la présence de Sheikh Al Amoudi parmi ses actionnaires.

Selon une source proche du dossier contactée par Médias24, « l’étape actuelle est celle de l’évaluation de son patrimoine personnel. Cette mission est menée par des experts agréés par le tribunal, qui rendront un rapport au juge-commissaire chargé de la liquidation de la SAMIR (Abderrafii Bouhamria, ndlr). Celui-ci statuera et annoncera la vente aux enchères du patrimoine. Toute personne intéressée présentera son offre ».

Entre-temps, il n’est pas question de fermeture de l’hôtel. D’abord parce que El Hussein Al Amoudi n’en est que l’actionnaire et que seules ses parts seront vendues. Mais aussi parce que, comme le souligne cette même source, « les deux principaux objectifs de la liquidation judiciaire sont la sauvegarde de l’emploi d’une part, et la réalisation de rentrées pour couvrir les créances existantes d’autre part ».

« Les rênes de l’entreprise sont confiées aux tribunal, sous l’égide du syndic judiciaire. L’activité de l’entreprise, elle, se poursuit », ajoute la même source.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

TAQA Morocco : Avis de convocation

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.