Agriculture : Sadiki rassure mais élude les questions d’urgence

Ce mardi 26 octobre, la première session des questions orales de la Chambre des conseillers a été consacrée à deux questions cruciales : les mesures prises pour le lancement de l’actuelle campagne agricole, et la sécurisation de l’export de produits agricoles face à la hausse des coûts qui s’est emparée des intrants et des services.

Mohamed Sadiki, ministre de l'Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et Forêts.

Agriculture : Sadiki rassure mais élude les questions d’urgence

Le 28 octobre 2021 à 15h02

Modifié 28 octobre 2021 à 17h13

Ce mardi 26 octobre, la première session des questions orales de la Chambre des conseillers a été consacrée à deux questions cruciales : les mesures prises pour le lancement de l’actuelle campagne agricole, et la sécurisation de l’export de produits agricoles face à la hausse des coûts qui s’est emparée des intrants et des services.

Ayant fait l’unanimité au sein de l’ensemble des groupes composant la deuxième Chambre (majorité et opposition) y compris les syndicats, la question s’est focalisée sur ces deux aspects d’actualité. Sauf que le nouveau ministre de l’Agriculture, Mohamed Sadiki, a préféré s’étendre sur le bilan de son prédécesseur, tout en rappelant les grands axes de la nouvelle stratégie «Génération Verte». Histoire de rappeler qu’il s’inscrivait dans la continuité «pour renforcer le rôle du secteur, en tant que levier de développement économique et social».

Quant aux questions d’urgence qui taraudent les milieux producteurs et exportateurs des agrumes et primeurs, le ministre s’est contenté d’une simple déclaration : «L’export a démarré le 1er septembre dernier.» Sans préciser avec quels produits… frais ou transformés ? Et dans quelles conditions ? Ainsi, nombre de conseillers sont restés sur leur faim et, avec eux, des professionnels qui redoutent la perte de parts de marché, et de certains débouchés traditionnels qui leur sont acquis depuis plusieurs décennies.

Ces professionnels, organisés notamment au sein de la Fédération interprofessionnelle des agrumes (Maroc-Citrus) attendent d’être reçus par le ministre. Ils sollicitent son soutien, auprès de sa collègue des Finances, pour l’octroi d’une aide aux coûts logistiques. Et ce, dans le seul objectif de se maintenir sur les marchés de l’Union européenne. Quant aux débouchés lointains d’Amérique du Nord et des pays du Golfe, il est hors de question de les desservir durant cette campagne.

D’un autre côté, l’Interprofession agrumicole requiert plus de visibilité concernant l’avenir de la filière. Tout particulièrement à travers le nouveau contrat programme qui tarde à être signé par le gouvernement.

 

La seule note d’optimisme manifestée au cours de l’intervention de Mohamed Sadiki tient à l’engagement du ministère «d’assurer un suivi permanent du secteur agricole». Mais c’est précisément sa mission.

Pour le moment, la situation hydrique vient en tête des préoccupations. A la date du 25 octobre, le cumul pluviométrique affichait un déficit de 84%, par rapport à la même date de l’année passée. Une situation qui rappelle l’année écoulée qui s’est conclue par une récolte céréalière exceptionnelle, ajoute le ministre.

Les réserves des barrages à usage agricole s’établissent à 34% de la capacité théorique, soit environ le même niveau que l’année précédente à la même date.

Cette situation n’arrange pas le développement de certaines espèces de l’arboriculture fruitière ni les maraîchages d’automne.

Excepté la région du Gharb-Loukkos, où le taux de remplissage des barrages est jugé satisfaisant, les autres périmètres manquent cruellement d’eau. D’où des restrictions draconiennes, voire des interdictions d’irrigation. C’est manifeste dans le cas des Doukkala, du Haouz et du Tadla où la priorité est accordée à l’eau potable.

Reste donc à espérer que le ciel soit généreux, dans les plus brefs délais.

Les pluies bloquées par l’anticyclone, les barrages au plus bas niveau 

Les exportateurs d’agrumes appellent à l’aide, la campagne s’annonce très difficile

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

IMMORENTE : COMMUNICATION FINANCIÈRE AU 30 JUIN 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.