PLF 2022 : les messages phares de Nadia Fettah aux parlementaires

La ministre de l'économie et des finances, Nadia Fettah, a présenté, ce lundi 25 octobre, le projet de loi de finances 2022 devant les deux chambres du parlement. Voici ses principaux messages.

PLF 2022 : les messages phares de Nadia Fettah aux parlementaires

Le 25 octobre 2021 à 20h35

Modifié 26 octobre 2021 à 11h56

La ministre de l'économie et des finances, Nadia Fettah, a présenté, ce lundi 25 octobre, le projet de loi de finances 2022 devant les deux chambres du parlement. Voici ses principaux messages.

Nadia Fettah Alaoui a passé avec assurance, ce lundi 25 octobre, son grand oral devant les élus parlementaires, pour présenter le premier projet de budget du gouvernement Akhannouch.

Dans son discours, la ministre de l’Economie et des finances a passé un certains nombre de messages, dépeignant un contexte national et international propice pour lancer le Maroc, sur un nouveau cap de développement.

L’intégrité territoriale dans les priorités du PLF

Sur le plan géostratégique et en relation avec le dossier de l’intégrité territoriale, Nadia Fettah a envoyé un message on ne peut plus clair. « Notre pays fait face à des défis sur le plan extérieur qui nécessitent qu’on capitalise sur les acquis », avance-t-elle,  à savoir le large consensus international, autour  proposition marocaine d’autonomie, la reconnaissance américaine ou encore les multiples ouvertures d’antennes diplomatiques dans les provinces du sud.

Sur ce registre, la ministre de l’Economie et des finances salue les efforts de l’ensemble des forces sécuritaires du pays pour défendre l’intégrité territoriale et la sécurité du pays et assure que le gouvernement veille, à appliquer les instructions royales « pour mobiliser l’ensemble des moyens et outils, permettant aux forces armées royales de remplir leur mission ».

« L’ère PJD, 10 années perdues sur le plan économique et social »

Sur le plan purement interne, la nouvelle ministre de l’Economie et des finances n’a pas ménagé le gouvernement sortant, dont le RNI faisait partie et assurait la responsabilité de l’économie et des finances.

« Les conditions sont aujourd’hui réunies pour assurer une transition historique sur tous les plans (institutionnel, financier, économique, social et géostratégique). D’un côté, notre pays a accumulé sous la conduite royale durant les 22 dernières années, plusieurs réformes politique, économique, sociale et financière, sur lesquelles il faut capitaliser pour aller de l’avant », explique-t-elle.

« D’un autre côté, la pandémie de la covid a permis de montrer les forces et faiblesses de notre tissu national et a mis à nu l’ampleur de l’informel et les manquements, au niveau des secteurs sociaux. Il faut tirer les leçons et se mobiliser, pour mettre en œuvre, les réformes lancés par le Roi Mohammed VI, à leur tête la réforme de la protection sociale », poursuit-elle.

« Certes, la crise Covid est une crise sans précédent, mais il faut avouer qu’elle n’explique pas tous les problèmes économiques et sociaux soulevés (…), elle ne doit pas être une excuse pour cacher des crises d’avant-covid ou pour justifier des dysfonctionnements accumulés 10 années durant », déclare-t-elle.

Nadia Fettah estime que, durant les 10 années du PJD, le Maroc n’a pas concrétisé son potentiel. Les politiques gouvernementales des 10 dernières années ont engendré des échecs économiques et sociaux, freinant la croissance. « Le taux de croissance n’a pas dépassé 2,5%, le taux de chômage est passé de 8,9% à 12%, le taux d’endettement atteint  76% contre 52,5% », argumente-t-elle. Des indicateurs auxquels le RNI a contribué, en étant membre des deux derniers gouvernement et à la tête d’importants ministères économiques, faut-il le rappeler. Et dans lesquels elle a inclus les contre-performances inévitables de 2020.

Les promesses du PLF 2022

La ministre s’est, par ailleurs, attelée à rappeler quelques promesses chiffrées faites au niveau du PLF  :

– Création de 250.000 emplois directs en 2022 et 2023. Le programme mobilisera une enveloppe budgétaire de 2,25 MMDH.

– Nouvelle dynamique pour le programme « Intelaka » et lancement du programme « Forsa », visant à accorder 50.000 financements en 2022 pour un budget de 1,25 MMDH.

– Mobilisation de l’investissement public, avec une enveloppe de 245 MMDH comprenant les financement  du Fonds Mohammed VI pour l’investissement.

– 9 MMDH supplémentaires pour les secteurs de la santé et de l’éducation, dont 5 MMDH pour les infrastructures.

Sur le plan de la fiscalité, Nadia Fettah évoque l’intention du gouvernement de mettre en œuvre, le contenu de la loi cadre sur la fiscalité « afin de mobiliser toutes les ressources fiscales pour financer les politiques publiques, assurer l’équité fiscale et réduire la pression fiscale, en optant pour une adoption progressive d’un taux d’IS unifié ».

Sur ce registre, elle mentionne deux mesures concrètes :

  • La baisse de l’IS de 28% à 27% pour les entreprises industrielles dont les bénéfices sont inférieurs à 100 MDH.
  • La baisse du taux de cotisation minimale de 0,5% à 0,45% pour les entreprises bénéficiaires. Toutefois, elle ne mentionne pas la suppression de la progressivité de l’IS ni l’instauration d’une contribution de solidarité, sur les bénéfices des entreprises.

Les pistes de financement

Ce n’est qu’en fin de discours que la ministre répond à la question la plus fréquente, suite à la présentation du programme gouvernemental : le financement des toutes ces réformes et promesses. La réponse :

– La mobilisation des ressources fiscales et douanières : 27 MMDH de plus.

– Les financements innovants : 12 MMDH.

– Les recettes de privatisation : 8 MMDH.

Voici l’intégralité du discours prononcé par Nadia Fettah :

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

LAFARGE HOLCIM MAROC: Indicateurs 1er trimestre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.