Obligation du pass vaccinal : les réponses aux questions les plus fréquentes

Pass vaccinal provisoire après la première dose, procédure d’obtention d'une attestation de contre-indication à la vaccination, validité du pass vaccinal… De nombreuses questions restent en suspens, auxquelles Médias 24 a pu obtenir des réponses auprès du ministère de la Santé. Détails.

Salé : Le ministère de la santé exhorte les citoyens à adhérer à la campagne de vaccination

Obligation du pass vaccinal : les réponses aux questions les plus fréquentes

Le 25 octobre 2021 à 18h42

Modifié 25 octobre 2021 à 20h07

Pass vaccinal provisoire après la première dose, procédure d’obtention d'une attestation de contre-indication à la vaccination, validité du pass vaccinal… De nombreuses questions restent en suspens, auxquelles Médias 24 a pu obtenir des réponses auprès du ministère de la Santé. Détails.

Alors que le pass vaccinal est devenu obligatoire au Maroc depuis le 21 octobre dernier, des questions sur son obtention et son usage préoccupent encore de nombreux citoyens. Médias24 a recueilli les réponses aux questions les plus fréquentes à ce sujet, auprès du ministère de la Santé.

Le pass vaccinal provisoire (1ère dose) disponible ce lundi soir

La question qui revient le plus sur les réseaux sociaux est relative au pass vaccinal provisoire. Selon les derniers chiffres officiels dévoilés quotidiennement par le ministère de la Santé, plus de 5 millions de Marocains n’ont pas reçu la première dose du vaccin anti-Covid, et plus de 2 millions attendent d’obtenir la seconde dose, au 24 octobre. A ce jour, ces derniers ne disposent pas de pass vaccinal.

Vendredi 22 octobre, le ministère de la Santé a annoncé que ce document allait être délivré aux primo-vaccinés à partir de ce lundi 25 octobre. Il leur permettra de circuler librement durant les 28 jours précédant l’injection de la seconde dose.

Une source au sein du ministère nous a affirmé, dans la matinée de ce lundi 25 octobre, que « le service informatique était en train d’apporter les derniers réglages sur le portail. Si tout se passe bien, ce service devrait être disponible ce lundi après-midi, et au plus tard, ce lundi soir ». Et dans la soirée, nous avons constaté qu’il était réellement disponible.

Pass vaccinal avec une D2 dépassant 6 mois : une sanction est possible

La seconde question la plus fréquente sur les réseaux sociaux est relative à la validité des pass vaccinaux, dont disposent actuellement toutes les personnes vaccinées au début de la campagne qui a démarré en janvier 2021.

Dans un article précédent, le ministre de la Santé a confié à Médias24 que ce document n’était plus valable 6 mois après l’injection de la seconde dose du vaccin anti-Covid. Sauf que la nouvelle relative à l’obligation de ce pass est intervenue la veille de Aïd Al Mawlid, provoquant un afflux massif vers les centres de vaccination du pays depuis le jeudi 21 octobre, jour d’entrée en vigueur de cette décision. En effet, la primo-vaccination est passée d’une moyenne quotidienne de 46.000 doses à 107.000 doses jeudi dernier. Une tendance qui se poursuit à ce jour.

De nombreuses personnes, en particulier celles qui travaillent, n’ont jusqu’à présent pas pu recevoir la 3e dose, faute de temps.

Notre interlocuteur au ministère de la Santé nous fait savoir que l’administration de « cette dose de rappel est importante. Le pass vaccinal, avec une D2 qui dépasse les 6 mois, n’est donc pas valable. En cas de contrôle dans les endroits publics où ce document est exigé, ou encore en cas de déplacements intervilles, les détenteurs d’un pass invalide peuvent être sanctionnés par les autorités ».

Faut-il attendre de recevoir un SMS du 1717 pour l’injection de la 3e dose ?

Toujours selon notre source, « les personnes éligibles à la D3 ne doivent plus attendre de recevoir un SMS du 1717. Toute personne ayant dépassé 6 mois après la 2e dose doit se présenter au centre de vaccination de son choix, sans condition de lieu de résidence ».

La procédure d’obtention de l’attestation de contre-indication à la vaccination

Il s’agit d’une autre question qui préoccupe de nombreuses personnes allergiques à certains composants du vaccin.

D’après le ministère de la Santé, la procédure d’obtention de ce document est la suivante : une personne présentant une contre-indication à la vaccination, telle qu’une allergie sévère du type choc anaphylactique, œdème de Quincke ou allergie à une dose précédente du vaccin, doit disposer d’un certificat médical de son médecin traitant attestant ce type d’allergie sévère. Ensuite, elle devra se présenter dans un centre de vaccination, munie dudit certificat. Le rôle de ce centre est de diriger cette personne vers la délégation préfectorale ou provinciale de santé appropriée (relevant du ministère de la Santé), où une commission médicale préfectorale ou provinciale se réunira pour statuer sur le cas du patient. Une fois la contre-indication approuvée, cette même commission saisira les informations relatives à la personne concernée sur le portail LiqahCorona, pour lui permettre de télécharger par la suite son attestation de contre-indication à la vaccination, qui dispose également d’un QR Code lui permettant de circuler librement sur le territoire national. Selon le ministère, ce document pourra être téléchargé d’ici une ou deux semaines au maximum.

En résumé, si vous présentez une contre-indication à la vaccination, voici la procédure à suivre :

  • obtenir un certificat médical de votre médecin traitant attestant le type d’allergie sévère ;
  • se présenter à un centre de vaccination muni de votre certificat attestant la contre-indication à la vaccination ;
  • se diriger vers la délégation préfectorale ou provinciale recommandée par le centre pour lui présenter votre certificat ;
  • une commission médicale provinciale ou préfectorale, qui travaille de manière continue, statuera sur votre cas ;
  • vos informations seront ensuite saisies sur le portail LiqahCorona par ladite commission, pour vous permettre de télécharger votre attestation de contre-indication à la vaccination;
  • cette attestation est munie d’un QR code, qui vous permettra de circuler librement dans le Royaume, au même titre que les détenteurs du pass vaccinal.

Rappelons que les situations allergiques suivantes ne représentent pas une contre-indication à la vaccination anti Sars-CoV-2 :

  • les réactions allergiques aux produits de contraste iodés (utilisés en imagerie médicale), les allergies aux médicaments (la pénicilline, l’aspirine ou l’ibuprofène, les anesthésiants…), les allergies au latex ;
  • les antécédents de réactions allergiques aux insectes, au venin d’hyménoptères (abeille, guêpe, frelon), aux allergies inhalées (acariens, pollen, squames d’animaux, moisissures) et aux aliments ;
  • les personnes souffrant d’urticaire chronique ou d’angio-œdème ;
  • les personnes souffrant de rhinite, conjonctivite, asthme, eczéma de contact ;
  • les personnes ayant une allergie aux pneumallergènes ;
  • les personnes ayant des antécédents familiaux allergiques, y compris d’anaphylaxie.

Où le pass vaccinal est-il obligatoire ?

Ce document est exigé dans différents cas, tels que les déplacements et l’accès aux lieux touristiques ainsi qu’aux administrations.

Il est donc obligatoire pour :

  • les déplacements entre provinces et préfectures, quel que soit le mode de transport, public ou privé ;
  • dans les administrations publiques y compris pour les fonctionnaires, et dans les entreprises privées ;
  • dans les endroits publics clos, tels que les hôtels, les hammams, les salles de sport, les restaurants, les cafés et les commerces.

Notre source nous fait savoir que « ce document n’est toutefois pas exigé pour circuler dans la rue, en voiture, ou pour accéder à un hôpital pour se faire soigner ». Cela signifie que les agents d’autorité ne peuvent pas contrôler une personne dans la rue ou dans son véhicule.

Notre interlocuteur insiste toutefois sur la nécessité de continuer à respecter les mesures barrières, notamment le port du masque et la distanciation, en particulier dans les endroits clos. « Il est vrai que la situation sanitaire s’améliore et que le Maroc est passé au vert, mais les indicateurs peuvent se détériorer rapidement si ces mesures ne sont pas respectées. »

« Le risque d’une quatrième vague est présent, notamment avec l’apparition du nouveau sous-variant » AY4.2, détecté à ce jour dans 33 pays à travers le monde.

« Jusqu’à présent, l’Europe reste relativement épargnée, notamment la France et l’Espagne, pays avec lesquels nous avons beaucoup de liens. Mais une fois que l’Europe sera atteinte, le risque d’apparition de ce nouveau variant dans les pays de l’Afrique du Nord, dont le Maroc, sera élevé. »

Selon le Public Health England, ce variant semble avoir un taux de croissance modestement plus élevé que celui des autres sous-lignées du variant Delta. Ce taux de croissance pourrait être lié à un changement des caractéristiques biologiques du virus, telles que sa transmissibilité.

Peut-on encore voyager à l’étranger sans pass vaccinal ?

Dans le communiqué annonçant l’obligation du pass vaccinal, le gouvernement précise que ce document remplace les autorisations de déplacement, ainsi que les autorisations de quitter le territoire délivrées par les autorités locales. Mais la question des voyages à l’étranger reste floue.

Au moment de la rédaction de cet article, nous n’étions pas encore en mesure de répondre à cette question. Joint par nos soins, le ministère des Affaires étrangères nous a indiqué que ce point ne relevait pas de ses compétences.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Microdata, communiqué post-AGO Juin 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.