Plans de développement régionaux : le point par région

Les 12 régions du Royaume poursuivent ou entament, durant ce mandat, le déploiement de leur programme de développement régional. Tour d'horizon.

Plans de développement régionaux : le point par région

Le 28 septembre 2021 à 19h18

Modifié 28 septembre 2021 à 20h18

Les 12 régions du Royaume poursuivent ou entament, durant ce mandat, le déploiement de leur programme de développement régional. Tour d'horizon.

Le véritable démarrage de la régionalisation aura lieu, au cours de ce mandat qui commence. Un volet important concernera le déploiement effectif des plans de développement régionaux (PDR). L’exercice précédent avait été, pour une grande partie des régions, celui de l’élaboration et la mise en place de ces PDR.

Le PDR est une obligation légale. Le conseil de la région doit l’adopter au cours de la première année de mandat. Il doit œuvrer à son suivi, son actualisation et son évaluation. Lors de l’exercice précédent, la majeure partie des régions avaient validé leur PDR en 2017. Le programme couvre six ans en principe, sauf pour la région Fès – Meknès qui a adopté un plan quinquennal.

Pour l’heure, 11 des 12 régions ont élaboré leur programme et ont reçu l’aval du ministère de l’Intérieur. Seule la région Drâa – Tafilalet, marquée par un mandat chaotique, a dérogé à la règle. Son PDR sera probablement débloqué durant l’actuel mandat.

Le PDR s’imprègne des spécificités régionales, tout en adhérant aux orientations stratégiques de la politique de l’État. Lesquelles sont déclinées au niveau régional. Le programme est d’ailleurs mis en œuvre dans un cadre contractuel entre l’État, la région et les autres intervenants (entreprises publiques, secteurs économiques et sociaux dans la région, etc.)

Cette contractualisation constitue, d’ailleurs, le véritable point de départ à l’opérationnalisation des PDR. Pour l’instant, 5 contrats programmes ont été signés avec les régions de Fès – Meknès, Dakhla – Oued Ed-Dahab, Béni Mellal – Khénifra, Guelmim – Oued Noun et Tanger – Tétouan – Al Hoceïma pour un montant de 24 milliards de DH. Un autre contrat -programme est en cours de signature pour la région Souss – Massa.

Casablanca – Settat

Adopté en 2017, le PDR de la région Casablanca – Settat prévoit 160 projets de développement d’ici à 2021, pour un montant total de 115 milliards de dirhams, porté par des acteurs publics et privés. C’est le montant le plus important au Maroc.

Cette enveloppe, qui reste estimative, sera investie dans cinq grands axes stratégiques qui se déclinent en projets liés aux thèmes : « Environnement », « Milieu rural intégré », « Attractivité socioculturelle et qualité de vie », « Transport » et « Entreprise, innovation et emploi ».

Il n’est pas dit que la totalité de l’enveloppe projetée dans ce PDR sera retenue dans le contrat-programme de cette région avec l’Etat.

Rabat – Salé – Kénitra

Baptisé « Rabat – Salé – Kénitra, une terre d’ambitions et d’excellence », ce PDR a été adopté en juillet 2017. Il s’articule autour de projets mettant l’accent sur le « capital humain », pour un investissement global de 5,5 MMDH.

Accaparant 46% du budget (3,1 MMDH), un des axes stratégiques de ce programme vise à « construire un développement équilibré sur l’ensemble du territoire régional ». Il est question de restaurer les grands équilibres environnementaux et la valorisation des ressources en eau (par exemple, le soutien financier aux projets de barrages d’irrigation, de bassins de rétention d’eau et de systèmes de pompage solaire ; la création d’un fonds d’urgence aux sinistrés des inondations et autres catastrophes naturelles, etc.).

Un autre axe important ambitionne de « permettre à chacun de bénéficier des mêmes chances de réussite et de qualité de vie ». Ce volet mobilise 1,4 MMDH. Il prévoit la création de 15 écoles communautaires avec logement pour enseignants, internats et services de transport scolaire pour 50 MDH, l’équipement de 300 classes du préscolaire pour 15 MDH, ainsi que la mise en place d’une bourse régionale d’excellence pour les élèves (5 MDH).

 Tanger – Tétouan – Al Hoceïma

Le projet de plan de développement régional 2017-2022 a été adopté à l’unanimité en avril 2017, pour un coût global estimé à 13,19 MMDH.

Janvier 2021, le conseil de la région a adopté son contrat-programme avec l’État pour la mise en œuvre des projets prioritaires du PDR, au titre de la période 2020-2022. Il porte sur la réalisation de 21 projets pour une enveloppe de 4,3 MMDH. Il sera financé par 10 secteurs ministériels, 5 établissements publics, le conseil régional et la Wilaya.

Les projets programmés sont répartis en trois axes, à savoir « la compétitivité et l’attractivité du territoire » (1,6 MMDH), « le développement durable » (787 MDH) et « la cohésion sociale et territoriale » (1,9 MMDH).

Fès – Meknès

Adopté en 2018, ce programme prévoit la réalisation de 197 projets pour un investissement global de 33,8 MMDH. Il concerne trois domaines d’activité stratégiques :

  1. La transformation de Fès – Meknès en une région d’accueil attractive, principalement par l’amélioration de l’infrastructure, du transport et de la mobilité, le développement de l’emploi et de la formation, la protection de l’environnement, le développement du milieu rural et le renforcement de l’aire métropolitaine.
  2. La consolidation et la mise en valeur des activités traditionnelles à fort potentiel de développement, notamment par la promotion d’une agriculture intégrée, le développement du tourisme, etc.
  3. L’appui aux activités et la diversification économique par le développement du secteur industriel, la promotion du secteur de la logistique, le renforcement du secteur des services.

Le programme est financé par les collectivités territoriales (3,20 MMDH), la région (7 ,2 MMDH), les ressources communes de la région (14,24 MMDH) et les ressources communes des collectivités (875 MDH). L’État contribue, quant à lui, avec 7,7 MDH.

Marrakech – Safi

Adopté en 2017, le PDR de cette région est doté d’un budget de 16 MMDH, dont 9,55 MMDH pour la réalisation de projets relevant des compétences propres de la région.

Le programme s’articule autour de 4 axes prioritaires d’intervention ayant trait à « l’attractivité et compétitivité du territoire » (11 programmes pour un budget de 3 MMDH), à la « croissance économique » (26 programmes, 10 MMDH), à « l’éducation, la santé, l’employabilité et l’inclusion sociale » (15 programmes, 1 MMDH) et à la « valorisation des patrimoines culturel et naturel » (8 programmes, 2,2 MMDH).

Le plan vise à la création de 280.000 emplois et de 50 MMDH de valeur ajoutée, dont 30 MMDH pour les projets portés par la région. D’autres relèvent des compétences partagées ou transférées. Les principaux objectifs du PDR pourront être atteints à un horizon supérieur à 2022.

Souss – Massa

Le conseil régional Souss – Massa a mis en place, en 2017, son Programme de développement régional.  La mise en œuvre de ce PDR nécessite la mobilisation d’un budget de près de 2,4 MMDH, dont un apport de 3,1 MMDH en fonds propre du conseil de la région.

Ce chantier comporte « 25 projets structurants » autour des axes suivants :

  • Développement social et humain : à travers la réintégration des zones marginalisées, la diminution des gaps sociaux entre les diverses collectivités territoriales, etc. ;
  • Développement économique : à travers la revitalisation des secteurs vitaux (tourisme, agriculture et pêche) tout en encourageant la création de nouveaux secteurs de développement (offshoring, industrie, énergies renouvelables…) ;
  • Valorisation du patrimoine architectural et culturel : par le renforcement du rayonnement culturel de la région, étant donné la situation incontournable de la région Souss – Massa comme porte du sud du Maroc et vers l’Afrique ;
  • Protection des ressources naturelles et des équilibres environnementaux : via la bonne gestion des ressources hydriques, la lutte contre la pénurie d’eau et la désertification, la protection de la biodiversité et du système écologique régional…

L’Oriental

Adopté pour la période 2016-2021, le PDR de la région de l’Oriental prévoit un investissement global de 19,5 MMDH, dont 4,5 financés par le conseil de la région.

Le programme comporte plusieurs axes stratégiques visant, entres autres objectifs, l’appui et l’encouragement des acteurs économiques, la mise en place d’un cadre d’investissement et de financement qui serait attrayant pour les investisseurs, la conception d’une campagne de promotion de la région, et l’accélération du rythme de développement économique de la région.

Béni Mellal – Khénifra

Étalé sur six ans, ce PDR, adopté en mars 2017, prévoit une enveloppe budgétaire de l’ordre de 18,5 milliards de dirhams, dont 3,7 milliards sont apportés par la région. 54 partenaires des différents départements sectoriels ont contribué au reste du budget.

Pour promouvoir le développement socio-économique régional, le programme prévoit la réalisation de 719 projets, et 53 % du budget est alloué à des projets nouveaux à contractualiser.

Dakhla – Oued Ed-Dahab, Guelmim – Oued Noun, Laâyoune – Sakia El Hamra

Pour Dakhla – Oued Ed-Dahab, le coût global du PDR est estimé à 26,9 MMDH. Juillet 2021, le conseil de la région Guelmim – Oued Noun a adopté le contrat-programme avec l’État pour la mise en œuvre des projets prioritaires 2021-2023, relatifs au développement régional.

Ce contrat-programme, doté d’un budget de 5,554 milliards de dirhams, s’articule autour de 37 projets inscrits dans les orientations générales du PDR. Ils sont répartis en trois axes liés à l’amélioration de l’attractivité du territoire, à la relance de l’insertion sociale, à la protection et à la valorisation du patrimoine naturel et culturel. Ces projets couvrent quatre domaines : les infrastructures et équipements, l’économie et l’attractivité, le secteur social, l’environnement et la culture.

La région Laâyoune – Sakia Al Hamra prévoit 66,2 MMDH pour la mise en œuvre de son PDR, selon la note du ministère des Finances, publiée à l’occasion de l’examen du projet de loi de Finances 2018.

L’enveloppe prévue par le PDR de la région Dakhla – Ouad Ed-Dahab avoisine, quant à elle, les 27 MMDH.

NB : Dans le cadre de la mise en œuvre du nouveau modèle de développement des provinces du Sud, des montants importants ont été accordés à la poursuite du programme de développement de ces provinces, dont l’enveloppe budgétaire globale est d’environ 80 MMDH, répartie entre les régions comme suit : 44,7 MMDH pour la région de Laâyoune – Sakia El Hamra ; 22,8 MMDH pour la région de Dakhla – Oued Ed-Dahab ; 11 MMDH pour la région de Guelmim – Oued Noun ; et 1,3 MMDH pour les projets inter-régions.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Salafin : communiqué de presse relatif aux indicateurs du 1er trimestre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.