Aziz Akhannouch : les noms des ministres seront soumis à la validation royale aussi vite que possible

Lors d’une conférence de presse, tenue ce mercredi 22 septembre au siège du RNI, les leaders des 3 partis arrivés en tête des élections ont confirmé qu’ils avaient trouvé un accord pour gouverner ensemble. Selon Aziz Akhannouch, la composition du futur gouvernement sera soumise très vite au Roi.

Aziz Akhannouch : les noms des ministres seront soumis à la validation royale aussi vite que possible

Le 22 septembre 2021 à 16h09

Modifié 22 septembre 2021 à 16h44

Lors d’une conférence de presse, tenue ce mercredi 22 septembre au siège du RNI, les leaders des 3 partis arrivés en tête des élections ont confirmé qu’ils avaient trouvé un accord pour gouverner ensemble. Selon Aziz Akhannouch, la composition du futur gouvernement sera soumise très vite au Roi.

Deux semaines après les trois scrutins qui ont placé le RNI, le PAM et le Parti de l’Istiqlal sur les trois marches du podium des vainqueurs, le président Aziz Akhannouch et les secrétaires généraux Abdelatif Ouahbi et Nizar Baraka ont annoncé une alliance tripartite pour gouverner ensemble, en s’engageant à mettre en place une équipe efficace pour faire face aux attentes des Marocains dans les plus brefs délais.

Le jour de gloire est enfin arrivé

Sourires de vainqueurs aux lèvres, ayant réussi à bouter hors de l’échiquier politique le PJD que l’on pensait indéboulonnable depuis 10 ans, les lieutenants Mehdi Bensaïd (PAM), Rachid Talbi-Alami (RNI) ou Rahal Mekkaoui (PI) étaient présents dans l’amphithéâtre du siège du RNI pour applaudir le moment de gloire de leurs leaders.

Relativement ponctuels, les nouveaux alliés sont arrivés, avec un petit retard de 15 minutes par rapport à l’heure de la conférence prévue à 10H30 avant de s’asseoir sagement côte à côte avec un Akhannouch au milieu, en sa qualité de chef de file, à sa droite Ouahbi seul à ne pas porter de masque et enfin Baraka à sa gauche.

Député de Sidi Ifni et membre du bureau politique du RNI, Mustapha Baitas  a donné la parole à son président qui a déclaré avoir entamé les négociations avec les partis juste après sa nomination royale.

« La liste de l’équipe gouvernementale sera soumis au Roi aussi vite que possible » (Akhanouch)

« J’ai porté mon choix sur les partis arrivés en tête après le RNI pour arriver à créer une majorité resserrée qui sera basée sur un programme commun », a annoncé d’emblée Akhanouch, en justifiant l’exclusion de l’USFP par la nécessité d’un équilibre entre opposition et majorité.

« Si nous sommes seulement trois, c’est d’une part pour respecter la volonté des électeurs dont le choix a été sans équivoque mais aussi parce que nos partis partagent des valeurs historiques et d’avenir.

« Nos priorités seront les mêmes car elles s’inscrivent dans nos 3 programmes électoraux, mais aussi dans les propositions du nouveau modèle de développement », a conclu le Chef du gouvernement désigné, en s’engageant à « soumettre à Sa Majesté un projet de gouvernement aussi vite que possible ».

Interrogé par Médias24 à la fin de la rencontre avec la presse pour savoir si les négociations sur les portefeuilles ministériels avaient déjà commencé, le Chef du gouvernement a préféré temporiser en affirmant n’avoir rien à révéler pour le moment mais que les choses suivaient leur cours normalement.

« Merci, merci et encore merci » (Ouahbi)

Respectant l’ordre d’arrivée des vainqueurs, le secrétaire général du PAM a, d’une petite voix et sans discours préparé à l’avance, félicité le RNI et son président pour leur score « sans appel », et surtout pour la confiance exprimée pour s’allier avec son parti et celui de l’Istiqlal.

« A trois, nous avons une énorme responsabilité pour mettre en œuvre un programme commun qui devra nécessairement sortir le Maroc de la crise actuelle. Le but étant de ramener l’espoir dans tous les foyers de nos concitoyens à qui nous nous devons d’assurer un avenir meilleur qu’aujourd’hui.

« Encore une fois, merci au RNI, au PAM et au PI d’avoir réussi cette alliance qui nous permettra de travailler ensemble durant 5 ans pour redresser la situation économique de notre pays dans le cadre d’un programme commun qui devra être présenté et validé en temps voulu par un vote de confiance au parlement », a conclu Abdellatif Ouahbi, en ajoutant que la future coalition était un exemple pour le monde arabe.

« Notre coalition saura répondre aux nombreuses attentes des Marocains » (Baraka)

Intervenant en dernier et à l’image du président Akhannouch, le secrétaire général de l’Istiqlal a alors lu son discours écrit où il a également félicité « ses frères » du RNI et du PAM de s’être alliés avec son parti.

« Il y a lieu de se féliciter car au lendemain des trois scrutins, nous avons vraiment donné l’exemple en termes d’alliances partisanes, que ce soit au niveau national, régional ou même communal.

« De cette manière, nous allons tous ensemble pouvoir répondre aux nombreuses attentes de nos concitoyens d’autant plus que l’Istiqlal va tout faire pour assurer le succès de cette coalition inédite.

« Je me dois d’ajouter que le plus important sera de rétablir la confiance populaire, en puisant dans les 3 programmes de nos partis et dans les propositions du nouveau modèle de développement », a conclu à son tour Baraka en précisant que les chantiers socio-économiques qui attendaient la coalition étaient nombreux pour répondre correctement aux attentes des Marocains confrontés à la crise sanitaire.

« Les choses sérieuses vont pouvoir commencer » (Bensaïd)

A l’issue de la conférence de presse achevée sans réponse apportées aux nombreuses questions des médias présents, Médias24 a essayé d’obtenir quelques détails sur la coalition auprès de Mehdi Bensaïd, membre du bureau politique du PAM et surtout proche lieutenant du secrétaire général Abdellatif Ouahbi.

Visiblement heureux de voir son parti, créé en 2009, rejoindre pour la première fois de son histoire un gouvernement, celui que l’on présente comme ministrable a déclaré que les négociations sur l’architecture du gouvernement allaient commencer entre les trois leaders des partis de la coalition.

« Par la suite, chacun proposera des profils de candidats à même de répondre aux défis qui se posent. Si certains s’impatientent de connaître les noms des ministres, il faudra d’abord mettre en œuvre une cohérence gouvernementale et programmatique pour faire face aux problématiques actuelles.

« Le Chef de la majorité a opté pour une opposition forte avec l’USFP »

A la question de savoir quelle sera la répartition des postes ministériels et à quelle échéance sera annoncée la composition du futur exécutif, Bensaïd a préféré botter en touche à la première question en affirmant que cette décision est du ressort du Chef du gouvernement et que la date limite de constitution de son équipe est fixée au 8 octobre pour respecter l’agenda de la rentrée parlementaire

Sur la surprenante exclusion de l’équation gouvernementale de l’USFP qui vient d’annoncer, contrainte et forcée, son retour à l’opposition, le député a conclu en déclarant que le pays a besoin d’une opposition forte, menée par le parti de la rose pour vérifier durant 5 ans les promesses de la majorité comme l’avait fait le PAM pendant 12 ans.

Ci-après, la conférence de presse des 3 leaders en images, suivie de l’entretien avec Mehdi Bensaïd :

 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Afric Industries: Indicateurs trimestriels,1er trimestre de l’année 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Nadia Fettah présente le PLF 2022 au parlement

Covid : Khalid Ait Taleb réponds au parlement