Elections 2021. Vue d’ensemble des circonscriptions les plus disputées à suivre

Le scrutin du 8 septembre donnera lieu à quelques belles batailles électorales. Voici un tour d'horizon des circonscriptions les plus convoitées où se présentent des leaders politiques comme des personnalités de la société civile.

Elections 2021. Vue d’ensemble des circonscriptions les plus disputées à suivre

Le 6 septembre 2021 à 18h33

Modifié 6 septembre 2021 à 18h47

Le scrutin du 8 septembre donnera lieu à quelques belles batailles électorales. Voici un tour d'horizon des circonscriptions les plus convoitées où se présentent des leaders politiques comme des personnalités de la société civile.

Les élections 3 en 1 (législatives, régionales et communales) du 8 septembre s’avèrent disputées jusqu’au dernier jour. Certes, la question principale reste de connaître le résultat général du parti qui arrivera en tête des législatives et qui dirigera le prochain gouvernement. Mais il y a également les batailles électorales qui se déroulent dans des circonscriptions qui captent l’attention, en raison des personnalités et des leaders politiques en lice.

Deux d’entre elles peuvent être qualifiées de « groupes de la mort ». Il s’agit des circonscriptions législatives de Rabat-Océan et de Casablanca-Anfa. D’autres sont également à surveiller, notamment celles où se présentent les chefs de parti car, tel un baromètre, elles détermineront leur degré de popularité.

Rabat-Océan (4 sièges)

C’est la circonscription qui est au centre de tous les regards car c’est là où le chef du gouvernement sortant, Saâd Eddine El Otmani, a décidé de se présenter. pour lui, ne pas arriver premier serait interprété comme un désaveu de sa politique à la tête de l’exécutif.

La tâche n’est pas aisée pour le secrétaire général du PJD qui doit affronter des rivaux de taille. Il s’agit notamment de Nabil Benabdellah, secrétaire général du PPS, qui a quitté le gouvernement El Otmani en octobre 2019 pour rejoindre l’opposition.

Il y a également Mehdi Bensaïd, membre du bureau politique du PAM. L’ex-président de la commission des affaires étrangère au Parlement fait son retour sur le devant de la scène politique par la porte de Rabat-Océan.

Casablanca-Anfa (4 sièges)

L’autre « groupe de la mort », c’est Casablanca-Anfa, où se présentent des personnalités comme Bassima Hakkaoui, Saïd Naciri, Abdullah Abaâkil, Mostafa Chennaoui, Hassan Berkani et Mohamed Chebbak.

Bassima Hakkaoui, membre du secrétariat général du PJD, ex-ministre de la famille et de la solidarité (2012-2019), est l’une des figures marquantes de son parti.

Quant au célèbre président du Wydad Athletic Club, Saïd Naciri, il se présente pour un nouveau mandat avec le PAM, après avoir réussi à se classer 2e derrière le PJD en 2016, dans cette même circonscription.

Abdullah Abaâkil est l’une des personnalités du PSU les plus respectées. Professeur en sciences politiques, chroniqueur à la radio, membre de la coordination du 20-Février à Casablanca, il est l’ancien président de l’Association marocaine de l’industrie du béton (AMIB). Longtemps resté en retrait du temps de la FGD, il se met aujourd’hui en avant en se présentant à Casablanca-Anfa.

Mostafa Chanaoui a été avec Omar Balafrej l’un des deux députés de la FGD au Parlement. Ce médecin et syndicaliste se présente pour un nouveau mandat à Casablanca-Anfa avec l’Alliance de la fédération de la gauche (AFG).

Hassan Berkani est le président nouvellement élu sous les couleurs de l’Istiqlal à la tête de la chambre de commerce, d’industrie et des services de la région Casablanca-Settat.

L’actuel président du conseil de l’arrondissement d’Anfa, Mohamed Chebbak, se présente aux législatives avec le RNI, en plus de briguer un nouveau mandat à la tête de l’arrondissement.

D’autres circonscriptions à surveiller

Il s’agit d’abord de la circonscription d’Agadir pour les communales, où se présente Aziz Akhannouch, le président du RNI. La question n’est pas de savoir s’il décrochera un siège de conseiller communal ou même de maire d’Agadir, mais plutôt s’il arrivera à terminer en tête. 

Le conseil communal d’Agadir compte 65 membres. Aziz Akhannouch aura, sans aucun doute, un siège au sein du conseil et même s’il n’arrive pas premier, il pourra toujours prétendre au poste de maire de la ville en constituant une majorité autour de lui. Mais ne pas arriver en tête des communales dans la capitale du Souss-Massa, considérée comme son fief, peut être défavorable à l’homme politique.

Nizar Baraka, l’homme qui aspire à devenir chef de gouvernement, a aussi un défi de taille à relever : celui d’arriver en tête à Larache, là où Abbas El Fassi a difficilement arraché son siège en 2007. 

Il va s’opposer à Saïd Khairoun (PJD), ex-député et proche conseiller d’El Otmani, ainsi qu’à Mohamed Simou qui a remporté le plus de voix en 2016 sous les couleurs du MP et qui se présente cette fois-ci avec le RNI. Rappelons également qu’en 2016, le parti de l’Istiqlal n’était arrivé qu’en 8e position dans cette circonscription qui compte 4 sièges.

Abdellatif Ouahbi, quant à lui, se présente à la mairie de Taroudant, en plus de briguer un nouveau mandat de député dans la circonscription de Taroudant-Nord,

La compétition politique dans la région du Souss-Massa cristallise les tensions politiques actuelles, puisque trois des chefs de parti en compétition en sont originaires : Saad Eddine El Otmani, Aziz Akhannouch et Abdellatif Ouahbi.

Après s’être présentée pour les législatives en 2016 dans la liste nationale de la FGD, la secrétaire générale du PSU, Nabila Mounib, se présente cette fois-ci dans la liste régionale de son parti, à Casablanca-Settat

Elle affrontera l’actrice Fatima Khair qui se présente en tant que tête de liste du RNI ; Hind Bennani Rtal, la vice-présidente du conseil communal d’El Jadida, représentant le PJD ; et Najoua Koukouss, la présidente de l’organisation des jeunes du PAM.

A Marrakech, Fatima-Zahra El Mansouri, l’ex-maire de la ville s’oppose à l’actuel maire sortant, Mohamed Larbi Belcaid, dans une bataille aux législatives dans la circonscription de Médina-Sidi Youssef Ben Ali. Elle se présente par ailleurs à la mairie, en tant que tête de liste dans l’arrondissement de Marrakech-Médina.

Au niveau des élections régionales, il faudra surveiller Mohand Laenser, secrétaire général du MP, qui brigue un nouveau mandat de président du conseil régional de Fès-Meknès en se présentant dans la circonscription de Boulemane.

Mohamed Sajid, quant à lui, vise la présidence de la région de Casablanca-Settat en se présentant aux régionales dans la circonscription de Sidi-Bernoussi. Il compte à cet effet sur son alliance avec le RNI, avec qui il constitue un groupe parlementaire commun.

 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

INVOLYS : Convocation à l’Assemblée Générale Mixte du 25 Juin 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.