Fès : qui va remplacer El Azami à la tête de la mairie?

Le prochain maire de Fès sera l'une des têtes de liste des différents partis au niveau des 6 arrondissements que compte la ville. Voici les candidats qui ont le plus de chances d'accéder à ce poste.

Fès : qui va remplacer El Azami à la tête de la mairie?

Le 1 septembre 2021 à 17h40

Modifié 1 septembre 2021 à 19h59

Le prochain maire de Fès sera l'une des têtes de liste des différents partis au niveau des 6 arrondissements que compte la ville. Voici les candidats qui ont le plus de chances d'accéder à ce poste.

Driss El Azami El Idrissi ayant décidé de ne pas se représenter pour un autre mandat à la tête de la commune de Fès, les pronostics vont bon train sur l’identité du nouveau maire de la capitale spirituelle. Mohamed El Harti du côté du PJD et Hamid Fettah du côté de l’Istiqlal semblent les mieux placés, mais d’autres candidats ont aussi leurs chances. Voici un tour d’horizon des personnalités en compétition.

En 2015, le PJD avait réussi un résultat historique : 72 sièges (74%) sur les 97 que compte le conseil. L’Istiqlal, dirigé à l’époque par le maire sortant Hamid Chabat, était arrivé en deuxième position avec 19 sièges. Le PPS et le RNI suivaient avec 2 sièges chacun et enfin, il y avait le PAM et le MP avec un siège chacun.

Les électeurs de Fès avaient voté en masse pour le PJD afin de mettre fin à deux mandats successifs de Hamid Chabat. Aujourd’hui, la situation est différente : le PJD est critiqué pour sa gestion de la ville par une partie de l’électorat ; en revanche, aucun candidat ou parti ne se démarque comme principal rival dans l’opposition.

 

D’autre part, avec la suppression du seuil électoral, nous allons certainement voir davantage de petits partis dans le conseil. Le nouveau quotient électoral va également contribuer à cette tendance. Il est donc fort probable qu’on assiste à un conseil éclaté entre plusieurs partis où aucun d’eux n’a la majorité. L’identité du nouveau maire dans ce cas dépendra de la coalition qui sera constituée.

Quant à Hamid Chabat, il est peu probable qu’il revienne avec force sur le devant de la scène. Il a choisi de se porter candidat lui et un bon nombre de membres de sa famille sous les couleurs du front des forces démocratiques (FFD) après avoir été secrétaire général de l’Istiqlal. Ce dernier s’est retrouvé localement déstabilisé par ce départ, mais garde ses chances dans une ville qui est considérée comme l’un de ses fiefs historiques.

Voyons voir qui se présente comme candidat tête de liste dans les différents arrondissements de la ville, chez les partis aujourd’hui représentés au conseil communal :

PJD

Comme plusieurs autres partis, le PJD ne communique pas son favori pour le poste de maire. Néanmoins, il y a des signes qui ne trompent pas, et on peut en conclure que Mohammed El Harti, la tête de liste du PJD à Agdal est, en l’occurrence, le mieux placé pour ce poste en cas de victoire. En effet, dans la communication du parti, il est souvent chargé de défendre le bilan à la commune et de présenter le programme électoral local.

D’autres raisons plaident également en sa faveur. Mohammed El Harti, en plus d’être député, est troisième vice-maire et est considéré par plusieurs observateurs comme le bras droit d’El Azami durant son mandat. D’autant plus qu’il était en charge de plusieurs dossiers importants tels que les équipements communaux, les espaces verts et les taxes communales. Il a par ailleurs une formation d’ingénieur agronome.

Les têtes de liste du PJD dans les autres arrondissements sont :

– Jnane El Ouard : Mohammed Khyi, l’actuel président du conseil de l’arrondissement, il se présente pour un nouveau mandat.

– Zouagha : Hassan Boumchita, l’actuel quatrième vice-président du conseil de la commune et professeur universitaire.

– Saïss : Mohammed Zouhaïr, l’actuel premier vice-président du conseil de l’arrondissement et professeur universitaire.

– Medina : Saïd Serghini, l’actuel président de l’arrondissement, il se présente pour un nouveau mandat.

– El Mariniyine : Abdelmajid Benchennouf.

Istiqlal

Du côté de l’Istiqlal, c’est le coordinateur du parti à Fès, Hamid Fettah qui est pressenti pour le poste de maire. C’est un professeur universitaire qui était parmi leaders du PJD dans la capitale spirituelle, avant de le quitter, il y a maintenant plus de quinze ans de cela.

Depuis le départ de Chabat, il a pris les devants de la scène et est devenu plus audible. Sur la page Facebook du parti à Fès, le programme électoral est présenté comme étant « le programme économique du docteur Fettah pour la ville de Fès ». Il se présente comme tête de liste au niveau de l’arrondissement de Saïss.

Les autres têtes de liste de l’Istiqlal à Fès sont :

– Agdal : Mohcine El Idrissi Mounadi, entrepreneur industriel.

– Zouagha : Ismail Jaï Mansouri, homme d’affaires.

– Medina : Mourad Bouzidi Idrissi, directeur d’une agence de voyage.

– Jnane El Ouard : Naji Fekhari.

RNI

Le RNI fait partie de la coalition qui dirige le bureau du conseil de la ville. Il y est représenté par Thami Ouazzani Touhami le secrétaire du conseil et Abdeslam Bakkali, dixième vice-président élu sous les couleurs du PPS. Parmi les têtes de listes du parti de la colombe, aucun candidat ne ressort réellement comme favori pour le poste de maire.

Voici les candidats tête de liste du RNI, pour les arrondissement de Fès :

– Jnane El Ouard : Abdeslam Bakkali, médecin.

– Agdal : Soufiane Drissi, gérant d’un entreprise de travaux publics, membre de la chambre de commerce de Fès-meknès

– Medina : Hassan Tazi.

– Zouagha : Abdallah Hadif.

– Saïss : Mohamed Radi Slaouni, ex-député PJD et ex-président de l’arrondissement Saïss pendant moins d’une année. En 2016, il se présente pour les législatives sous les couleurs du PAM.

– El Mariniyine : Tariq Ouadghiri, Opticien.

PPS

En 2015, le PPS a pu porter deux candidats au conseil communal, tous les deux issus de l’arrondissement de Jnane El Ouard. L’un d’eux a aujourd’hui quitté le parti pour rejoindre le RNI.

Voici les candidats têtes de listes du PPS dans les différents arrondissements :

– Jnane El Ouard : Ali Lagsab, acteur associatif et doctorant en droit.

– Agdal : Hicham Mlih, ingénieur topographe et acteur associatif.

– Medina : Hicham Benmoussa.

– Zouagha : Mohamed El Khattab, cadre dans le ministère de la santé.

– El Mariniyine : Hassan Lakbiri, acteur associatif.

– Saïss : Soufiane charki, commerçant.

PAM

Le PAM n’a jamais vraiment pu percer à Fès. Sa présence y est limitée à un seul député Aziz Lebbar et par un seul conseiller communal qui a, par ailleurs, quitté le parti pour rejoindre l’USFP.

Voici les  candidats têtes de listes du PAM dans les différents arrondissements :

– Medina : Mohamed El Moufid, commerçant et acteur associatif.

– Saïss : Aziz Lebbar, ex-député et hôtelier

– Agdal : Mohamed Slimani Elhouti Hassani, entrepreneur (marbre)

– Jnane El Ouard : Abdelouahed Elaouaji.

– El Mariniyine : Khalid Hajouji Yaacoubi, homme d’affaires.

– Zouagha : Hakim Bensalam, hôtelier.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Immorente Invest : Erratum

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.