« Les Météorites : Messagères du ciel » : L’exposition qui fait parler le ciel

Le long d’un circuit, le visiteur se familiarise avec les météorites, le système solaire et, plus largement, la planétologie et l’astronomie. L’exposition donne à voir toutes les chutes de météorites observées au Maroc depuis 2004 et une maquette de cratère d'impact recensé aux États-Unis.

« Les Météorites : Messagères du ciel » : L’exposition qui fait parler le ciel

Le 15 juillet 2021 à 17h22

Modifié 27 juillet 2021 à 13h35

Le long d’un circuit, le visiteur se familiarise avec les météorites, le système solaire et, plus largement, la planétologie et l’astronomie. L’exposition donne à voir toutes les chutes de météorites observées au Maroc depuis 2004 et une maquette de cratère d'impact recensé aux États-Unis.

L’univers a ses secrets. A travers l’exposition « Les Météorites : Messagères du ciel », Hasna Chennaoui nous en livre quelques-uns.

Jusqu’au 30 août, au rez-de-chaussée de Anfa Place Mall à Casablanca, cette professeure à l’université Hassan II de Casablanca, spécialiste des météorites et cratères d’impact, accueille en effet le public dans un espace dédié à la découverte des météorites, de la planétologie, de la géologie et de l’astronomie.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre des objectifs de la Fondation Attarik, dont elle est la présidente : la promotion de la recherche scientifique sur les météorites et la planétologie, la préservation du patrimoine géologique du Maroc, et la vulgarisation des sciences auprès du grand public, aussi bien dans le rural que l’urbain.

« Cette exposition entre dans le cadre d’une vision ; d’un rêve de la fondation, qui est d’ouvrir un centre de recherche et d’exposition des météorites au Maroc. C’est notre volonté. Mais avant cela, il faut que les gens nous découvrent et nous fassent confiance. Cette exposition nous en donne justement l’opportunité. Il s’agit d’une exposition qui a vocation à être itinérante : nous l’avons conçue de telle sorte qu’elle puisse être déplacée et présentée ailleurs, dans d’autres villes du Maroc. L’objectif est que le savoir soit diffusé et mis à la portée de toutes et tous », nous explique Hasna Chennaoui.

Cliquer ci-dessous pour une visite virtuelle en 360°:

Elle qui a introduit l’étude des météorites au Maroc au tout début des années 2000, savoure désormais le résultat de ses efforts.

Toutes les chutes de météorites observées au Maroc depuis 2004

Dans cette grande salle toute bleue, du sol au plafond en passant par les murs, la Fondation Attarik propose aux visiteurs de suivre un circuit qui s’ouvre sur deux énormes maquettes des planètes Saturne et Jupiter, « réalisées par un prestataire externe spécialement pour cette exposition », s’enthousiasme Hasna Chennaoui. Cet espace représente le système solaire, dont les météorites sont issues. « Nous avons tenu à le représenter pour montrer le lien entre les météorites et leur origine, c’est-à-dire la ceinture d’astéroïde, de Mars ou de la Lune », ajoute-t-elle.

L’espace central est quant à lui entièrement dédié aux météorites, dont beaucoup sont issues d’une collection personnelle de Hasna Chennaoui. Les autres ont été prêtées par des collectionneurs privés, par le Centre national pour la recherche scientifique et technique (CNRST) de Rabat et le ministère de l’Energie et des mines à l’occasion de cette exposition.

Les neuf chutes observées au Maroc depuis 2004 y sont présentes, à commencer par la première, celle de Benguerir, classifiée et déclarée par une équipe de recherche marocaine en partenariat avec des équipes françaises. Celle de Tamdakht, du nom du village où elle a été découverte, dans la province de Ouarzazate, est la deuxième chute observée au Maroc, un soir de décembre 2008. Elle a été classifiée et déclarée par l’équipe de Hasna Chennaoui, et pèse environ 500 kg (contre 30 kg pour celle de Benguerir). Au total, l’exposition comprend 17 météorites.

La visite se poursuit sur un cratère d’impact, avec la maquette d’une météore cratère située aux Etats-Unis, en Arizona, d’un diamètre de 1 km et d’une profondeur de 175 mètres. « C’est l’un des cratères les plus vieux – 50.000 ans environ – et les mieux préservés au monde », souligne la scientifique marocaine.

Montrer des météorites, mais pas seulement

L’étape suivante est celle des impactites, « des roches terrestres qui ont été transformées par l’impact d’une météorite ». Également issues de la collection personnelle de Hasna Chennaoui et recueillies au cours de ses recherches dans différents pays, celles présentées dans le cadre de cette exposition sont originaires de Russie, d’Allemagne, de Jordanie, d’Afrique du Sud et, bien sûr, du Maroc.

L’exposition ne se contente pas de montrer les météorites : elle en explique également l’impact. « Les gros objets qui tombent sur Terre forment de très gros cratères et impactent énormément la vie terrestre. C’est ce qui s’est passé il y a 65 millions d’années : la chute d’une très grosse météorite a formé un énorme cratère d’impact ; le fameux cratère de Chicxulub, dans la péninsule du Yucatán au Mexique, qui a exterminé 90% de la vie sur Terre, y compris les dinosaures », explique Hasna Chennaoui. Dans ce sens, la maquette du dinosaure marocain « Atlasaurus Imelakei », haut de 30 mètres et dont le squelette est exposé au ministère de l’Energie et des mines, est un clin d’œil à ce cratère et aux bouleversements géologiques qu’il a générés sur Terre.

Dans un autre registre, une maquette électrique réalisée par la fondation Atlas Dark Sky, rattachée à l’université Caddi Ayyad de Marrakech, veut montrer l’impact de la lumière sur l’observation du ciel.

« Nous avons la chance au Maroc d’avoir un magnifique ciel qui doit être préservé de la pollution lumineuse. La pollution lumineuse, c’est lorsqu’une ville possède un éclairage trop fort, et de surcroît dirigé le ciel, empêchant ainsi d’observer le ciel et les constellations. La maquette montre qu’en fonction de la manière dont l’éclairage public est agencé, les étoiles peuvent être plus ou moins bien observées. Plus on augmente l’éclairage public, moins on voit les constellations. » Et dans ce cas, les secrets de l’univers n’en sont que plus opaques.

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Élection du bureau du conseil régional de Marrakech-Safi (En direct)

Élection du bureau du conseil régional de Marrakech-Safi (En direct)