Ce qu’apportera au Maroc la nomination à Cannes du film de Nabil Ayouch (Avis d’experts)

La participation du long-métrage « Haut et fort » de Nabil Ayouch à la compétition du prestigieux prix de la palme d’or du festival de Cannes qui devra départager 23 films est vécue comme une première dans l’histoire du cinéma marocain. Tout en se réjouissant pour le cinéaste et sa carrière, Sarim Fassi-Firhi qui dirige le CCM et le critique cinématographique Bilal Marmid pensent également que sa sélection inédite donnera une visibilité mondiale inespérée au cinéma marocain et à ses réalisateurs.

Ce qu’apportera au Maroc la nomination à Cannes du film de Nabil Ayouch (Avis d’experts)

Le 8 juin 2021 à 17h54

Modifié 8 juin 2021 à 20h54

La participation du long-métrage « Haut et fort » de Nabil Ayouch à la compétition du prestigieux prix de la palme d’or du festival de Cannes qui devra départager 23 films est vécue comme une première dans l’histoire du cinéma marocain. Tout en se réjouissant pour le cinéaste et sa carrière, Sarim Fassi-Firhi qui dirige le CCM et le critique cinématographique Bilal Marmid pensent également que sa sélection inédite donnera une visibilité mondiale inespérée au cinéma marocain et à ses réalisateurs.

« Pour les gens du métier, la nomination du film « Haut et fort » du réalisateur Nabil Ayouch est une consécration mondiale qui cartographie le Maroc dans le Graal », se félicite Sarim Fassi-Fihri en rappelant qu’être sélectionné au plus grand festival au monde qu’est Cannes est « le top du top ».

« Haut et fort » n’est pas le 1er film marocain à concourir à la palme d’or »

« Si jusqu’à présent, les films marocains ont pu participer aux catégories parallèles comme Un certain regard, la Quinzaine des réalisateurs et enfin la semaine de la critique, c’est la deuxième fois de toute l’histoire du cinéma marocain que nous participons à la compétition officielle qui réunit 23 films.

« Avant lui, il y a eu le documentaire « Ames et rythmes » du réalisateur marocain Abdelaziz Ramdani, produit par le CCM, qui avait été sélectionné pour concourir sans succès à la palme d’or de l’édition 1962 mais qui n’avait pas été médiatisé comme il se doit à l’époque, malgré l’effet de première.

« C’est la raison pour laquelle peu de gens savent que le Maroc a déjà été sélectionné pour concourir à la sélection officielle de ce festival qui constitue encore une fois une véritable consécration planétaire.

« A terme, le cinéma marocain suivra les traces de la Roumanie »

« Arriver à un tel niveau de compétition avec des concurrents de classe mondiale est par conséquent remarquable et quoiqu’il arrive, Nabil Ayouch et le Maroc ont d’ores et déjà gagné », avance Fassi-Fihri.

Selon le patron du CCM, sa sélection dans la short-list du festival permettra au cinéma marocain d’avoir à terme la même visibilité mondiale que la Roumanie qui a commencé à être reconnue à l’international après ses participations et ses prix aux festivals de Cannes (Palme d’or) et Berlin (Ours d’or)

« L’effet à court-terme sera certainement l’ouverture des portes à notre cinéma national dans d’autres grands festivals à l’image de ceux de Berlin, Venise, San Sebastien et tant d’autres », prédit le directeur.

« Une éventuelle palme d’or ne sera que la cerise sur le gâteau »

« Si le film de Ayouch devrait se vendre plus facilement, il y aura aussi un changement de perception de notre cinéma parmi les grands distributeurs plus à l’écoute lors de la sortie d’autres films marocains. », espère Fassi-Fihri qui précise toutefois que Ayouch n’a jamais eu de mal à financer ses productions.

« Quelle que soit la décision que les jurés prendront, Nabil et le cinéma marocain ont déjà gagné car même s’il remporte la palme d’or, celle-ci ne sera que la cerise sur le gâteau », conclut le DG qui se réjouit à l’avance des futures retombées positives internationales pour l’image du cinéma marocain.

« Haut et fort », un film 100% marocain

Se voulant également optimiste pour l’avenir du cinéma national grâce à « la première véritable participation du Maroc à un tel niveau de compétition, le critique cinématographique Bilal Marmid a tenu à préciser que « Haut et fort » a été totalement réalisé, filmé, monté par l’équipe marocaine du réalisateur marocain Nabil Ayouch et en partie financé par le CCM soit l’argent du contribuable marocain.

« Faire partie des 23 films sélectionnés pour la compétition officielle est donc une vraie consécration pour le parcours de ce réalisateur qui connait très bien le festival de Cannes dont il est un habitué.

« Une consécration qui devrait motiver les cinéastes africains »

« Une consécration qui ne pourra que motiver les cinéastes marocains et africains qui sont peu ou pas assez représentés chaque année dans la compétition officielle de ce festival.

« A partir du 6 juillet prochain, toute la planète aura donc les yeux rivés sur le festival et notamment sur le film de Ayouch qui non seulement bénéficiera d’une visibilité extraordinaire auprès des futurs spectateurs mais également auprès des acteurs du plus grand marché du film de la planète.

« Une nomination qui ouvre la porte aux Oscars »

« En effet, la force de sa participation ne réside pas dans la quête de la palme d’or mais plutôt dans ce qui viendra après la cérémonie des prix à savoir sa sélection dans d’autres festivals comme celui des Oscars.

« Ainsi, tout comme Nadine Labaki, prix du jury à Cannes, pour « Capharnaüm » puis finaliste dans la short-list du meilleur film étranger aux oscars américains, « Haut et fort » pourra suivre le même chemin.

« Sa sélection va donc baliser le terrain aux confrères marocains de Ayouch qui a compris avant tout le monde que le succès d’un film ne se limitait pas à un tournage, un montage et une projection mais aussi et surtout à la quête préalable de distributeurs et de vendeurs internationaux dès le montage financier.

« Un avant et un après »

« Cela facilite ensuite la tâche pour être sélectionné dans les meilleurs festivals de la planète comme Cannes, Berlin et Venise mais cela n’aidera pas les cinéastes à obtenir des fonds étrangers car c’est un travail à part basé avant tout sur la qualité d’un scénario », affirme Marmid pour qui il y aura cependant un avant et un après « Haut et fort ».

« En effet, si Nabil a déjà participé aux catégories « Un certain regard » et à la « Quinzaine des réalisateurs », désormais, il joue clairement dans la cour des plus grands réalisateurs du monde entier.

« L’occasion de préciser que tous les cinéastes sélectionnés à la compétition officielle du festival de Cannes sont automatiquement sélectionnés les années suivantes pour concourir à un de ses prix », précise le critique en ajoutant que la carrière déjà prolifique de Ayouch va être boosté avec sa sélection.

Les précédentes participations du Maroc au festival de Cannes

Sur les différentes participations du Maroc au festival de Cannes, Marmid rappelle par ordre chronologique décroissant celle de Meryem Touzani en 2019 pour son film « Adam » dans la catégorie « Un certain regard ».

Vient ensuite en 2018 celle de Meryem Benmbarek dans la même catégorie pour son premier long-métrage Sophia, « Zin Li fik » de Nabil Ayouch en 2017 dans la « Quinzaine des réalisateurs », Leila Kilani en 2016 pour son film « Sur la planche », dans la même catégorie, « Les Chevaux de Dieu » de Nabil Ayouch dans un certain regard, Faouzi Bensaid avec « Mille moi » et Narjis Nejjar pour les « Yeux secs », tous deux en 2003 dans la catégorie parrallèle « Un certain regard », conclut le critique de cinéma qui en profite pour demander au CCM de retrouver et publier le documentaire disparu de Abdelaziz Ramdani qui avait été le premier film marocain à concourir à la palme d’or.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SNEP : Avis de convocation à l’AGO du 24 Juin 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.