Exploitants de cinémas : « Le retour à une activité quasi-normale aura lieu en juillet »

Les salles sont ouvertes depuis le 1er juin. Du moins sur le papier. Car la programmation demande plusieurs semaines et le vrai redémarrage n'aura lieu qu'en juillet.

Exploitants de cinémas : « Le retour à une activité quasi-normale aura lieu en juillet »

Le 6 juin 2021 à 11h27

Modifié 6 juin 2021 à 19h24

Les salles sont ouvertes depuis le 1er juin. Du moins sur le papier. Car la programmation demande plusieurs semaines et le vrai redémarrage n'aura lieu qu'en juillet.

Confrontés à une fermeture de 14 mois, les exploitants cinématographiques ont été autorisés à rouvrir leurs salles le mardi 1er juin avec une jauge de spectateurs fixée dans un premier temps à 50%. L’occasion de questionner deux importants opérateurs sur leurs préparatifs, quelques  jours après l’autorisation de reprise d’activité.

Une annonce de réouverture sans préavis qui a nécessité une reprise dans l’urgence

Malgré l’absence de détails sur la date d’une reprise à 100%, cette décision a constitué une véritable délivrance, selon le propriétaire du multiplex Ciné-Atlas qui a cependant regretté que cette annonce se fasse, sans aucun préavis pour préparer ses salles à redémarrer.

Interrogé sur les préparatifs nécessaires avant de redémarrer son activité, Pierre-François Bernet déclare que tout s’est fait dans l’urgence, alors que les opérateurs avaient demandé au moins 2 à 3 semaines pour être en mesure de préparer la reprise.

« Si cette annonce reste une excellente nouvelle pour notre profession qui désespérait vraiment, les exploitants de salles auraient préféré que les autorités se comportent comme le reste du monde, en nous laissant quelques semaines pour nous préparer alors qu’au final, tout a dû être géré du jour au lendemain.

Ciné-Atlas rouvre ses portes quatre jours après l’annonce du gouvernement

« C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les salles du groupe Ciné-Atlas ont programmé une réouverture progressive, à partir du samedi 5 juin, soit 4 jours après l’annonce gouvernementale du 31 mai.

« En effet, nous attendons une pièce pour réparer le projecteur de notre plus grande salle, mais heureusement que les autres salles sont opérationnelles dès samedi pour projeter le film « No Man’s Land » ainsi que d’autres grosses productions internationales du moment.

« Nos difficultés actuelles sont d’acquérir les droits des nouveaux films »

Sur les difficultés de reprise, Bernet affirme qu’il est très compliqué d’avoir du contenu cinématographique du jour au lendemain sachant qu’une programmation de qualité nécessite au préalable de signer des contrats avec des distributeurs étrangers avant de pouvoir importer et de dédouaner les films en question.

« Heureusement que nous sommes le seul exploitant du Maroc à recevoir depuis 2019 les films de manière dématérialisée mais il y a quand même des démarches administratives importantes à remplir au CCM.

« Les gens pensent qu’il suffit d’appuyer sur un bouton et que tout va redémarrer. C’est loin d’être le cas car il y a une longue et lourde procédure à respecter avant de pouvoir projeter des films sur nos écrans », tient à préciser l’investisseur français qui a d’autres projets de multiplex dans d’autres villes du Maroc.

« Importer des films au Maroc, une procédure fastidieuse »

A la question de savoir s’il n’était pas possible de redémarrer l’activité avec un stock de vieux films, Bernet nous rétorque, sur un ton hilare, que cela ne se passe plus de cette manière, depuis de nombreuses années.

« Aujourd’hui, les films projetés réclament une clé spéciale délivrée après signature d’un contrat et au terme d’une longue procédure administrative car on ne projette pas des films sur un lecteur DVD et encore moins à l’aide de vieilles bobines qui ont été bannies depuis longtemps de notre activité », explique Bernet.

« L’objectif est de faire revenir rapidement l’important flux pré-crise de cinéphiles»

 « Avec une programmation de qualité, notre objectif est de faire revenir le flux important d’amateurs que nous avions juste avant l’arrivée de la pandémie et la fermeture nationale des cinémas, même si entre-temps ils ont certainement été en mesure de visionner les dernières productions sur IPTV.

« En effet, même si les autorités ne nous ont autorisés, dans un premier temps, à ne recevoir que 50 % de la capacité d’accueil de nos salles, nous sommes très optimistes.

« Le retour au niveau d’activité de 2019 est envisageable à court-terme »

 « Cela s’explique par le fait que partout dans le monde, y compris au Maroc, les gens sont très demandeurs de séances cinématographiques et qu’ils sont même très impatients, pour ne pas dire au taquet

« Ainsi, lors de la première semaine de réouverture des cinémas en France dont la capacité d’accueil avait été limitée à seulement 35 %, les exploitants sont arrivés à réaliser le même niveau d’activité qu’en 2019 », conclut, visiblement optimiste Bernet qui espère un retour à la normale dès l’année en cours.

« Plusieurs salles du Mégarama sont déjà ouvertes »

Même optimisme de mise pour Jamal Mahyaoui, directeur de la communication du groupe Mégarama, qui nous annonce que plusieurs de ses Multiplexes ont déjà ouvert leurs portes depuis jeudi 3 juin.

« À ce jour, tous ont commencé à projeter le film marocain « 30 Melyoun » que nous avions programmé depuis longtemps mais aujourd’hui, la priorité est d’acquérir les droits sur de nouveaux films, sachant qu’il ne suffit pas d’appuyer sur une télécommande pour redémarrer l’activité à l’arrêt depuis plus d’un an.

 « Un protocole sanitaire strict qui permettra de faire revenir la clientèle des Mégarama »

« A moins que l’évolution de la situation sanitaire n’oblige à nouveau le gouvernement à refermer les salles de cinéma, Mégarama sera donc dans les temps pour acquérir et projeter tous les films d’actualité.

« Entre la jauge de 50 % et le protocole sanitaire strict avec le port du masque et la distanciation obligatoire (un fauteuil vide entre chaque couple ou  groupe de 4 personnes), tout devrait bien se passer car nous sommes très surpris par l’engouement du public qui multiplie les appels téléphoniques pour se renseigner.

 « Une programmation qui va évoluer dès juillet vers le catalogue mondial »

« Au départ, nous allons programmer les films qui devaient être projetés lors de l’arrivée de la pandémie. Mais il y aura très rapidement beaucoup de nouveautés comme par exemple la méga-production américaine « Black Windows » avec Scarlett Johansson qui n’est pas encore sorti aux USA et en Europe.

« Nous serons, dès début juillet, en mesure de programmer en même temps qu’en Europe, toutes les grandes productions internationales», conclut Mahyaoui qui espère que  la campagne de communication promise par le CCM pour la réouverture des salles de cinéma aura bientôt lieu pour booster la fréquentation cinématographique du Maroc.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Promopharm S.A : Indicateurs trimestrielle T2

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.