Ce qu’il faut savoir pour passer à l’énergie solaire à domicile

Avec un investissement global moyen de 60.000 DH, un projet solaire domestique permet de réaliser des économies pour un retour sur investissement tout en faisant du bien à la planète et participer à la transition énergétique du pays. Voici comment faire. 

Ce qu’il faut savoir pour passer à l’énergie solaire à domicile

Le 4 janvier 2021 à 11h01

Modifié 11 avril 2021 à 2h49

Avec un investissement global moyen de 60.000 DH, un projet solaire domestique permet de réaliser des économies pour un retour sur investissement tout en faisant du bien à la planète et participer à la transition énergétique du pays. Voici comment faire. 

Médias 24 a contacté les principaux acteurs du secteur de l’énergie solaire à savoir l’AMEE, l’Amisole, des entreprises spécialisées et des professeurs spécialisés en énergies renouvelables pour présenter toute la démarche à suivre.

Peut on virer au « tout » solaire chez soi?

Oui c’est possible, mais il faut tenir compte de plusieurs paramètres : la surface disponible pour l’installation des panneaux photovoltaïques, qui dépendra du type de logement, les besoins énergétiques et le budget alloué à ce projet solaire. Plus le besoin énergétique du ménage augmente, plus la surface et le budget nécessaires augmentent. 

Ainsi, le besoin sera totalement comblé compte tenu de ces critères et du type de logement : une personne, ayant un important besoin énergétique et qui vit dans une villa ou une maison individuelle aura assez d’espace pour subvenir à ses besoins, tandis qu’une autre qui vit dans un appartement pourrait réduire sa facture énergétique.

« Chaque projet domestique nécessite une puissance bien déterminée. En fonction des besoins, la puissance est calculée et la surface est déterminée avec le nombre de panneaux photovoltaïques à installer », explique Amine Allouhi, génie énergétique et professeur à l’université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès.

 L’ensoleillement suffira t-il?

Le Royaume jouit de 300 jours de soleil par an et dispose d’un important gisement solaire qui s’élève à plus de 3.000 heures par an d’ensoleillement, soit une irradiation de plus de 5.6 Kw par heure, par mètre carré et par jour. C’est donc un lieu très propice pour choisir l’énergie solaire comme alternative énergétique à domicile.

Toutefois, contactée par Médias24, l’Agence marocaine pour l’efficacité énergétique (AMEE) précise qu’en milieu urbain, être lié au réseau électrique national est préférable pour couvrir les périodes où la production solaire est inférieure à la consommation à domicile et ce, pour éviter d’installer des batteries. 

En ville, dans le cas d’une installation solaire photovoltaïque pour la production d’électricité, la puissance solaire est dimensionnée de façon à couvrir la consommation journalière.

Pour les petites installations solaires, l’électricité peut être stockée dans des batteries et le calcul est en général fait pour avoir une autonomie de 3 jours sans soleil. 

“Les batteries doivent être installées en milieu rural, où l’accès au réseau national n’est pas toujours évident. Mais pour le milieu urbain, c’est plus rentable de se connecter au réseau en cas d’insuffisance énergétique” explique le président de Amisole.

Par ailleurs, « c’est une question d’adaptation aussi. L’utilisateur doit accorder son utilisation énergétique aux heures les plus ensoleillées de la journée pour optimiser sa consommation énergétique, en utilisant les appareils qui consomment le plus d’énergie en journée: comme faire tourner la machine à laver entre 11h et 14h, par exemple », nous explique Michaël Banhaïm, directeur d’Econosol, société spécialisée en solutions d’économie d’énergie.

Est ce qu’il faut une autorisation spéciale ?

Il n’y a pas de démarche particulière à suivre pour installer de l’énergie solaire à domicile puisqu’il s’agit seulement d’une installation pour l’autoconsommation (on consomme ce qu’on produit). Ainsi, toute personne peut installer des équipements solaires si elle le souhaite sans avoir besoin d’autorisation.

Quels équipements faut il installer ?

Tout d’abord, il faut noter qu’il y a deux types d’énergie solaire thermique et photovoltaïque: 

– Concernant l’énergie thermique, il existe une panoplie de capteurs et de procédés solaires adaptés à la fourniture de chaleur. A domicile, les capteurs solaires sont utilisés pour produire de l’eau chaude sanitaire dans un chauffe-eau solaire (CES).

– Les panneaux solaires photovoltaïques (PV) transforment directement l’énergie du rayonnement solaire en une force électromotrice, en utilisant les propriétés électroniques des semi-conducteurs dont principalement le silicium. Ces matériaux lorsqu’ils sont éclairés convertissent leur énergie lumineuse en une énergie électrique. 

Ainsi, pour optimiser la consommation énergétique, il faut installer des PV accompagnés d’un CES au lieu d’utiliser un chauffe-eau électrique. 

Par ailleurs, il existe un troisième type: les panneaux PVT (photovoltaïques thermiques) ou des hybrides qui permettent de produire de l’électricité tout en chauffant de l’eau ou de l’air. Selon Amine Allouhi, ce type de produit solaire est très intéressant en termes d’efficacité énergétique.

Cependant, il s’agit d’une technologie qui n’est toujours pas répandue sur le marché marocain. « Ces produits s’achètent généralement sur commande et ne sont pas destinés au grand public », déclare Khalid Semmaoui, président de l’Association marocaine de l’industrie solaire et éolienne (Amisole).

Quelles capacités et quelles puissances?

– Pour les PV : les puissances varient de quelques dizaines de Wc à près de 400 Wc par panneau, d’après l’Amee. Ainsi, pour avoir une puissance bien déterminée, il faut multiplier le nombre de panneaux solaires photovoltaïques pour atteindre la puissance voulue.

A titre d’exemple, un système de 3 Kw sera composé de 12 panneaux de 250w et d’un onduleur de 3 kilowatts-crêt (kwp) et produirait à peu près 4.400 kWh. Cette production pourrait couvrir les besoins d’un foyer marocain de la classe moyenne composé de 4 personnes.

– Les CES, de leur côté, sont caractérisés par le nombre de litres par mètre carré de capteur solaire thermique (par exemple 200L avec 2m2, 300L avec 4m2). Le marché propose des chauffe-eaux solaires de 40L à 500L, en supposant que pour une personne un chauffe-eau de 50L serait largement suffisant.

La température de l’eau d’un CES peut atteindre 50°C et la durée du maintien de cette température varie selon les technologies et les marques du ballon de stockage de l’eau, selon l’Amee.

Notez que le Watt crête (Wc) caractérise la puissance d’un panneau photovoltaïque: en moyenne, le Wc correspond à la puissance d’une cellule monocristalline d’une surface d’un décimètre carré. 

La puissance crête représente la puissance délivrée par le panneau au point de puissance maximum, dans une condition optimale, soit avec une irradiation solaire de 1.000 w/m2 et des cellules à une température de 25°C.

A quel prix?

Le coût total d’une installation solaire (CES et PV, installation comprise et sans batteries) est en moyenne de 60.000 DH :

– Une installation photovoltaïque dans une maison moyenne coûte entre 25.000 à 40.000DH. Les prix varient, évidemment, selon les besoins de chaque ménage et de la taille du logement, explique Khalid Semmaoui.

– S’agissant des chauffes eaux (CES), le marché propose des produits installés à des prix qui varient entre 5.000 DH et 50.000 DH, selon les marques et la capacité.

Concernant les batteries, à éviter en milieu urbain, tout dépend de la taille de l’installation mais « le prix va en moyenne doubler avec l’intégration des batteries« , déclare le directeur d’Econosol.

Selon l’AMEE, le prix du Wc est de l’ordre de 3 à 5 DH actuellement. Mais pour une installation, il faut ajouter les équipements nécessaires au bon fonctionnement de l’installation à savoir les supports des panneaux, onduleurs, systèmes de protection..

Ainsi, le coût global moyen avec installation est de l’ordre de 10 DH par Wc, pour des systèmes sans batteries.

« Le coût total d’une installation par wc est en baisse au niveau international depuis des années, l’offre est donc attractive par rapport au réseau électrique national », éclaire Amine Allouhi.

Et les avantages fiscaux ?

Du côté fiscal, le taux de TVA appliqué aux CES a été réduit de 14 à 10% au titre de la loi de Finances 2015, selon le ministère de l’Environnement.

« On attend la réduction qui sera être appliquée dans le cadre de la LF 2021 et qui permettra l’exonération de la TVA pour les CES et les PV », explique Khalid Semmaoui.

Quelle durée pour le retour sur investissement?

Selon le président de l’Amisole, la durée du retour sur investissement des PV est de 4 à 8 ans. “Cette durée s’est nettement améliorée avec la baisse des prix des équipements. Avant, le retour sur investissement pouvait être atteint en 20 ans pour les PV” comment la même source.

Du côté des CES, le retour sur investissement est nettement plus court et est de 2 à 3 ans.

 J’économise combien d’argent grâce à un projet solaire ?

Jet Energy, société spécialisée dans le domaine et faisant partie de l’Amisole, propose un simulateur approximatif pour calculer l’économie d’énergie grâce aux panneaux solaires photovoltaïques, selon la facture mensuelle moyenne.

Par exemple : pour une facture de 500 DH, vous pouvez économiser environ 411 DH mensuellement, environ 5.000 DH annuellement et 114.800 DH au total.

Où acheter ces équipements ?

Il existe plusieurs sociétés spécialisées dans l’installation solaire de l’étude jusqu’à la mise en service, comme Econosol, Jet Energy ou NRJ international…

L’AMEE a mis en place, avec l’Amisole et le Cluster solaire, un label de qualité d’installation « Taqa Pro » pour les installateurs et sociétés de solaire photovoltaïque.

Des annuaires d’entreprises spécialisées sont disponibles sur le site de Cluster solaire et Amisole.

L’installation est-elle longue, compliquée ou intrusive ?

La réponse est non. Certes, les installations nécessitent des techniciens spécialisés et est effectuée par la même société chargée de l’étude et de la vente des équipements. Toutefois, elles sont simples et ne durent pas longtemps. Mais tout dépendra de la taille de l’installation, bien évidemment.

“Pour une installation domestique, un projet solaire peut être installé en une journée” nous affirme Amine Allouhi.

Par ailleurs, il faut noter qu’au Maroc, c’est toujours orientés vers le sud que les panneaux solaires captent le maximum de rayonnement solaire.

Quelle est la durée de vie d’un PV et d’un CES? 

Un panneau solaire photovoltaïque est utilisable pour une durée fixée à 25 ans. 

Concernant les chauffes-eaux solaires, ils sont utilisables pour une durée de 15 ans en moyenne mais la durée de vie d’un ballon de stockage du CES est fixée à environ 8 ans.

Selon le président de l’Amisole, une garantie de 5 à 8 ans ans est généralement octroyée au client en cas de besoin de changement du ballon.

Est-ce qu’un panneau solaire se dégrade?

Le panneau solaire est, selon Amine Allouhi, dégradable en termes d’efficacité énergétique: le rendement des panneaux photovoltaïques correspond à la quantité d’électricité produite par rapport à l’énergie solaire reçue. Aujourd’hui, les rendements des panneaux solaires varient entre 7% et 24%.

Le rendement d’un panneau solaire se dégrade ainsi chaque année, selon le professeur. C’est pour cette raison que le nettoyage est très importante.

Comment nettoyer et maintenir un panneau solaire ? 

Le nettoyage peut se faire avec des jets d’eau. Un panneau solaire doit être nettoyé une fois par mois et demi, selon le président de Amisole pour les installations domestiques.

Supertaqa, initiative lancée par l’AMEE pour le changement comportemental, qui a pour objectif de favoriser une consommation énergétique responsable chez le citoyen marocain présente un guide d’entretien des panneaux solaires et des éclaircissements sur l’installation et le fonctionnement des panneaux solaires.

Concernant la maintenance, “les équipements ne nécessitent généralement pas de réparations quand ils sont de bonne qualité” selon le président le l’Amisole. Des garanties sont généralement fournies par les sociétés en cas de panne d’un matériel précis, comme un onduleur pour les PV ou un ballon de stockage pour les CES.

Comment financer un projet solaire domestique?

Concernant le financement, BMCI propose le crédit vert, un crédit à la consommation dédié au financement de matériels écologiques et de travaux économiseurs d’énergie, dont les panneaux solaires.

Ce crédit est ouvert aux clients et non clients de la BMCI, sans frais de dossier à un taux d’intérêt de 5,9%. Il est ainsi possible d’emprunter jusqu’à 300.000 DH sur une durée allant à 72 mois pour financer son projet solaire domestique.

Vendre le surplus produit par les panneaux solaires?

Par ailleurs, on précise que l’électricité produite par les panneaux photovoltaïques est sous forme de courant continu et peut être stockée dans des batteries ou être transformée en courant alternatif grâce à un onduleur avant de l’injecter, par exemple, dans le réseau électrique national.

Toutefois la loi 13.09 n’est toujours pas appliquée. Pour rappel, cette dernière autorise la production d’électricité, d’origine renouvelable, par des producteurs publics mais aussi privés, ainsi que la possibilité de revendre l’énergie produite à un groupement de consommateurs, voire à l’ONEE s’il y a excédent de production.

Son périmètre d’application comprend la haute, moyenne, ainsi que la basse tension depuis son amendement par la loi 58-15.

« Le retard remarqué au niveau de l’application de cette la loi est lié à des problèmes techniques concernant l’injection de la basse tension au réseau électrique national. C’est techniquement difficile, surtout en milieu urbain », conclut le professeur Amine Allouhi.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SALAFIN : Avis de convocation AGO Exercice 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.