Recrutements: bonne reprise du marché en août, les cabinets optimistes

Attendus pour le mois de septembre, les recrutements ont déjà repris en août qui, habituellement, n’est pas propice à cette activité. Explications.

Recrutements: bonne reprise du marché en août, les cabinets optimistes

Le 3 septembre 2020 à 18h00

Modifié 11 avril 2021 à 2h48

Attendus pour le mois de septembre, les recrutements ont déjà repris en août qui, habituellement, n’est pas propice à cette activité. Explications.

Comme annoncé dans un article précédent par Médias24, les cabinets de recrutement ont enregistré une timide reprise au mois de juin. Ils tablaient sur un véritable redémarrage au mois de septembre, qui s’est plutôt opéré durant le mois d’août.

Les entreprises reprennent donc confiance, et s’activent pour honorer leurs engagements, notamment les objectifs en termes de chiffre d’affaires, à fin décembre 2020.

« La crise ralentit peut-être, mais elle ne doit pas tuer les entreprises, qui ont des objectifs de CA à la fin de l’année », souligne Marc Chalet, responsable de l’activité Executive Search au sein du cabinet Diorh, spécialisé dans le recrutement des cadres et des postes affectés aux comités de direction. 

Un mois d’août exceptionnel ?

Pour certains cabinets de recrutement, oui. C’est le cas pour Diorh. « Après le déconfinement professionnel, il y a eu une certaine reprise des recrutements. C’était timide en juin, mais les deux mois de juillet et août ont été excellents, avec un record en août », nous confie M. Chalet. « Depuis 2 ans, c’était le meilleur chiffre d’affaires durant un mois d’août ».

« Cela s’explique par le fait qu’il y avait des recrutements qui ont été ralentis ou gelés par la crise et donc mis en stand-by pendant le printemps, qui ont fini par se concrétiser ».

La reprise de l’activité de recrutement nous a également été confirmée par Romain Férier, directeur associé du cabinet H&F Associates, et Amina Ghazi, directrice du recrutement au sein du cabinet ORH Assessment, filiale du groupe LMS organisation & ressources humaines. 

« Les dernières semaines d’août ont été très prometteuses », nous a indiqué M. Férier, ajoutant que « le marché de l’emploi est beaucoup plus actif aujourd’hui, qu’il ne l’était en juin et juillet ».

Même son de cloche auprès de Mme Ghazi: »il y a une bonne reprise depuis le début du mois d’août, contrairement à la période de confinement et d’après confinement. Actuellement, il y a pas mal de postes dans l’industrie, les télécoms et le digital ».

Pour sa part, Djaffer Louai, cofondateur de Novo Job, un site de recrutement panafricain, se montre réaliste. « A partir de fin août, il y a les prémices d’une reprise. Le nombre d’offres d’emploi n’a pas augmenté, il y a plutôt une baisse allant de 40% à 50% par rapport à la même période de l’année passée. Mais les clients reprennent le travail et essaient de sortir de la crise », déclare-t-il à Médias24.

Toutefois, « pour les métiers rares, les recrutements n’ont pas arrêté. Il s’agit par exemple des profils en nouvelles technologies ou dans le digital ».

Nouveaux besoins, ou des postes de remplacement ?

Sur ce point, les avis sont mitigés. Chez Diorh, « il y a beaucoup de nouveaux postes qui nous ont été confiés, dans le management, notamment sur le volet finance, que ce soit dans le contrôle de gestion, la comptabilité, ou dans la direction financière », nous explique M. Chalet.

Du côté de H&F Associates, il s’agit plus du remplacement de postes. « On a eu pas mal de postes à pourvoir, mais c’est plus des remplacements pour compenser les départs. Sur tous les postes qu’on a, seuls 10% sont des créations de postes ».

Chez ORH, il s’agit des deux. « Aujourd’hui, il y a des remplacements et des créations d’emplois. Les entreprises sont en train de remplacer les personnes qui devaient l’être, que ce soit en raison du covid ou hors covid, mais effectuent aussi des recrutements stratégiques, selon leurs besoins, notamment pour les métiers qui nécessitent une certaine expertise ».

Quid des secteurs qui recrutent le plus?

Selon Marc Chalet, « que ce soit dans les filiales de multinationales ou dans les groupes marocains, les recrutements se font actuellement tout particulièrement dans les domaines de la santé (dans l’industrie pharmaceutique par exemple), de l’agroalimentaire et des énergies ».

« C’est un peu plus calme du côté des services, notamment les services bancaires et informatiques. Le secteur automobile, lui, reprend doucement, puisqu’il était à l’arrêt pendant quelques temps. On travaille beaucoup avec Kénitra et Tanger, où les recrutements reprennent ».

Il y a également pas mal de postes de direction qui ont été confiés à H&F Associates, notamment « dans le commercial, les RH et la direction financière », d’après Romain Férier.

« Les secteurs d’activité qui recrutent beaucoup en ce moment sont le commercial, en plus du secteur IT, qui gère plutôt bien la crise. Avec l’outsourcing et la délégation de projets mondiaux au niveau du Maroc, le pays joue pleinement son rôle de centre de production, à coûts moindres », ajoute notre interlocuteur.

Les cabinets de recrutement optimistes pour le reste de l’année ?

Oui, nous répondent tous nos interlocuteurs. « Il y a une belle dynamique en ce moment et il y a un grand besoin », souligne Marc Chalet, ajoutant que « la petite particularité c’est qu’il y a une sélection naturelle, dans la mesure où quand des dirigeants d’entreprises ont besoin de recruter, s’approchent plus des cabinets de recrutement pour externaliser, au lieu de se tourner vers des connaissances ou des petits bureaux qui ne font qu’envoyer des CV. Ce ne sont donc plus des recherches dans le réseau, mais plutôt des recherches orientées résultat, relativement rapides ».

« Je suis optimiste pour la suite. L’activité reprend, et les gens ont envie de revivre. Les entreprises doivent faire du CA. Pour le mois de septembre, nous avons un très bon prévisionnel », conclut-il.

La directrice de recrutement d’ORH, reste également positive pour les prochains mois, notant qu' »il n’y a pas de gel des recrutements pour le moment, et que les postes mis en stand-by par la crise sont à présent d’actualité. Egalement, les entreprises sont moins frileuses que durant les mois de confinement ».

« Pour le marché panafricain, je suis assez optimiste, puisque c’est une crise générale, qui a touché tout le continent. La reprise sera progressive, et nécessitera entre 6 et 12 mois. Il faut qu’on reste lucide, sans verser dans l’alarmisme, optimiste mais réaliste en même temps », déclare M. Louai, qui ne cache pas son inquiétude pour le secteur touristique, grandement touché par la crise, et qui compte des centaines de milliers d’emplois. 

Les recrutements dans le digital se poursuivent

Les recrutements dans le digital ne se sont pas arrêtés, depuis le début de la crise, selon Mme Ghazi.

« Les entreprises sont toutes prêtes à investir dans le digital. Elles réfléchissent à court et à long terme. Même les PME aujourd’hui préparent des plans de continuité d’activité, qui étaient plus destinés aux grandes entreprises et aux multinationales ».

« Au début de la crise, il y avait des recrutements imminents dans le digital pour des responsables digitaux, techniciens ou développeurs. A présent, les entreprises sont à la recherche d’autres profils, tels que des responsables de gestion de systèmes d’information ».

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

BMCI : Taux de référence révisable annuellement

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.