Tunis: Akharbach plaide pour un « engagement collectif » pour lutter contre les violences sexistes dans les médias

La présidente de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (Haca), Latifa Akharbach a appelé à un "engagement collectif" en matière de lutte contre les violences sexistes dans les médias.

Tunis: Akharbach plaide pour un « engagement collectif » pour lutter contre les violences sexistes dans les médias

Le 29 avril 2019 à 10h41

Modifié 10 avril 2021 à 21h06

La présidente de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (Haca), Latifa Akharbach a appelé à un "engagement collectif" en matière de lutte contre les violences sexistes dans les médias.

« Nous appelons à un engagement collectif dans un effort continu et récurrent de communication et de sensibilisation, pour empêcher la reproduction des violences et la transmission des inégalités d’une génération à l’autre », a-t-elle dit lors d’un atelier régional organisé par le Conseil de l’Europe à Tunis, dans le cadre du 2e forum mondial sur l’égalité de genre.

Dans ce cadre, Latifa Akharbach a salué la mise en place de la « Chaire Lalla Meryem pour la femme et l’enfant » en mars 2019 qui se focalisera, lors de sa première année, sur la non-violence à l’égard de la femme, constituant ainsi une continuation d’un long processus ayant donné lieu à des réformes majeures en matière de consécration des droits de la femme et de dynamisation du changement social.

Revenant sur l’action menée par la Haca en la matière, elle a souligné la contribution normative et réglementaire de cette instance en matière de lutte contre les violences sexistes et ce, à travers, d’une part, le renforcement de la visibilité des femmes, notamment dans les programmes d’information traitant des questions d’intérêt général et d’autre part, l’introduction dans les cahiers des charges des opérateurs audiovisuels de dispositions visant le respect de la dignité de la femme et la lutte contre le discours discriminatoire à son égard.

Elle a notamment affirmé que la Haca accorde une importance particulière à la création d’une jurisprudence de la régulation en matière de lutte contre la violence à l’égard des femmes dans les contenus médiatiques diffusés aussi bien par les opérateurs audiovisuels publics et privés.

La présidente de la Haca a rappelé que le régulateur médias marocain porte également une attention particulière aux pratiques et contenus des réseaux sociaux et plateformes numériques d’information car, selon elle, les frontières entre les médias tendent à s’estomper de plus en plus.

D’après elle, l’objectif final consiste « à réussir ensemble, régulateur, médias et opérateurs, à consacrer des standards professionnels et de bonnes pratiques médiatiques respectant la dignité de la femme et ses droits humains pour le bien de toute la société ».

Elle a également préconisé le renforcement de l’éducation dans les médias et l’accompagnement des régulateurs pour qu’ils puissent accomplir leurs missions dans de bonnes conditions.

Les médias constituent un outil de changement des mentalités et des perceptions, mais, dans le même temps, peuvent perpétuer les stéréotypes liés au genre et les attitudes qui banalisent la discrimination et la violence basée sur le genre, a-t-elle expliqué.

(Avec MAP)

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Attijariwafa bank : Communiqué de presse Emprunt Obligataire Subordonnée décembre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.