Le PDG de Tangiers Petroleum confiant quant au potentiel du puits de Tarfaya

A l’approche du début du forage de TAO-1, le puits offshore sur la licence de Tarfaya, détenue par la compagnie d’hydrocarbure australienne, Tangiers Petroleum, son nouveau PDG David Wall se montre enthousiaste.  

Le PDG de Tangiers Petroleum confiant quant au potentiel du puits de Tarfaya

Le 22 mai 2014 à 17h31

Modifié 11 avril 2021 à 2h35

A l’approche du début du forage de TAO-1, le puits offshore sur la licence de Tarfaya, détenue par la compagnie d’hydrocarbure australienne, Tangiers Petroleum, son nouveau PDG David Wall se montre enthousiaste.  

Dans les colonnes du site britannique spécialisé Proactive Investors qui lui consacre une interview détaillée, David Wall se montre optimiste et explique en quoi son programme de forage se révèle prometteur avant le coup d’envoi de l’exploration annoncée pour «mi ou fin juin».

Questionné sur l’intérêt de la licence de Tarfaya, comparativement aux précédents forages offshore dont les résultats se sont avérés peu encourageants, David Wall a tenu à rappeler que sa firme a été, dès 2009, l’une des premières à s’intéresser aux sous-sols marocains. La primeur a offert à Tangiers Petroleum le privilège du choix de la licence. «Nous avons opté pour le permis de Tarfaya, car celui-ci nous a semblé le plus intéressant à bien des égards», déclare David Wall.

Ce permis qui a fait l’objet de nombreuses analyses a en effet dévoilé des «paramètres fondamentaux absents sur d’autres licences» ainsi qu'un potentiel de réservoirs de pétrole exploitables conséquents, confortés par la découverte de couches similaires dans une licence adjacente. Le PDG de Tangiers Petroleum signale par ailleurs que la couche du jurassique visée est analogue à l’intervalle exploité au large de la Nouvelle Ecosse où d’importantes découvertes ont été effectuées au cours des précédentes années.

«Le puits de Tarfaya a d’ores et déjà démontré la présence de réservoirs qualitatifs dans ce jurassique supérieur. Ils auraient selon nos estimations une capacité de 2.400 barils par jour », affirme David Wall, qui a rejoint la tête de l’entreprise un mois auparavant.

Quant aux «échecs» rencontrés par les compagnies analogues prospectant au large des côtes marocaines, cet expert de Tangiers Petroleum précise qu’ils forent «bien plus au nord» que le puits TAO-1, «dans des eaux beaucoup plus profondes et dans des sous-sols aux caractéristiques géologiques plus complexes».  

Et d'ajouter que «contrairement aux forages adjacents, dont les réservoirs ont été endommagés par la présence d’une bactérie s’attaquant au pétrole léger, le puits TAO-1 dispose d’une particularité géologique formant un barrage à cette menace bactériologique. Nos réservoirs potentiels se situent sous une épaisse couche de sédiments du crétacé», souligne le PDG ravi.

Cependant, bien que la fougue et l’enthousiasme de David Wall soient communicatifs, seul l’imminent forage dira si les espoirs de la compagnie australienne se concrétiseront.


 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Communiqué Financier de Wafabail

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.