Ce matin au Maroc

MRE : Un portail électronique pour les services bancaires. La 10e édition de la Journée nationale des MRE sera organisée ce mardi à Rabat, par le ministère de tutelle. Elle verra la participation de nombreux artistes de renommée internationale ainsi que la signature de plusieurs conventions et le lancement du portail Maghribank, une interface commune à 4 banques marocaine destinée à la clientèle MRE. Les quatre banques sont Barid Bank, Attijari, la Banque Populaire et BMCE. Maghribank est un portail électronique des services bancaires présentant les différentes solutions telles que le transfert ou les formules d’épargne. Emigration retour : 30.000 MRE sont rentrés suite aux crises politiques et économiques.  Le Maroc a accueilli lors des trois dernières années près de 30.000 Marocains du monde, en raison des crises politiques qu'ont connues plusieurs pays arabes et africains, outre nombre de familles qui sont revenues s'installer au Royaume à cause de la crise financière et économiques qu'ont connue certains pays d'accueil, dont l'Espagne et l'Italie, a indiqué lundi à Rabat le ministre délégué chargé des Marocains résidant à l'étranger, Abdellatif Maâzouz.

Ce matin au Maroc

Le 13 août 2013 à 7h42

Modifié 13 août 2013 à 7h42

MRE : Un portail électronique pour les services bancaires. La 10e édition de la Journée nationale des MRE sera organisée ce mardi à Rabat, par le ministère de tutelle. Elle verra la participation de nombreux artistes de renommée internationale ainsi que la signature de plusieurs conventions et le lancement du portail Maghribank, une interface commune à 4 banques marocaine destinée à la clientèle MRE. Les quatre banques sont Barid Bank, Attijari, la Banque Populaire et BMCE. Maghribank est un portail électronique des services bancaires présentant les différentes solutions telles que le transfert ou les formules d’épargne. Emigration retour : 30.000 MRE sont rentrés suite aux crises politiques et économiques.  Le Maroc a accueilli lors des trois dernières années près de 30.000 Marocains du monde, en raison des crises politiques qu'ont connues plusieurs pays arabes et africains, outre nombre de familles qui sont revenues s'installer au Royaume à cause de la crise financière et économiques qu'ont connue certains pays d'accueil, dont l'Espagne et l'Italie, a indiqué lundi à Rabat le ministre délégué chargé des Marocains résidant à l'étranger, Abdellatif Maâzouz.

Une batterie de mesures ont été prises pour répondre au mieux aux besoins de cette catégorie, en l'occurrence un accord conclu avec le Holding "Al Omrane" pour leur permettre de bénéficier du logement social, avec les même conditions fixées pour leurs compatriotes de l'intérieur, une action continue visant à intégrer les étudiants, via un accès direct, aux universités, écoles publiques et instituts spécialisés outre la prise en charge gratuite des personnes atteintes de maladies chroniques par des centre hospitaliers universitaires et nombre d'hôpitaux provinciaux, a souligné M. Maâzouz.

Algérie : mandats d’arrêt internationaux dans l’affaire Sonatrach. La justice algérienne a lancé des mandats d'arrêt internationaux contre l'ancien ministre de l'Energie et des Mines, Chakib Khelil, et sa famille, dans le cadre de l'affaire de "détournements de fonds" de la société nationale des hydrocarbures Sonatrach, rapporte la presse localee.
Les mandats, émis par le procureur général de la cour d'Alger Belkacem Zeghmati, concernent l'ancien ministre, "son épouse palestinienne et ses deux fils établis aux Etats-Unis", précise le quotidien +Ennahar+ dans sa version électronique, ajoutant que l'Algérie a adressé "une demande officielle" à l'Interpol dans ce sens.
L'ancien bras droit de Chakib Khelil, Farid Bedjaoui, est également frappé par cette décision de la justice algérienne, qui aurait également ordonné, d'après +El Khabar+, "la saisie des biens" de l'ancien ministre et des membres de sa famille.
Le semaine dernière, la justice italienne a ordonné la saisie de 123 millions de dollars déposés sur des comptes appartenant à Farid Bedjaoui, en raison de sa présumée implication dans l'affaire de pots-de-vin versés par la compagnie italienne Saipem entre 2007 et 2009 pour l'obtention de 7 contrats en Algérie d'une valeur globale de 8 milliards d'euros. Farid Bedjaoui est le fils de l’ancien ministre Mohamed Bedjaoui.

Gibraltar, le bras-de-fer. L'Espagne a annoncé lundi qu'elle "ne renoncera pas" aux contrôles mis en place à la frontière avec Gibraltar, répondant ainsi aux menaces de Londres d'envisager une action légale contre Madrid pour ces contrôles "disproportionnés".
"Nous sommes obligés de le faire pour Schengen", Gibraltar, comme le Royaume-Uni, n'appartenant pas à l'espace de Schengen, "nous n'y renoncerons pas", a indiqué un porte-parole du ministère espagnol des Affaires étrangères, cité par l'agence "Europa press".
"Ce que nous disons, c'est que les mesures, nos contrôles, sont légaux, proportionnés", a précisé la même source.
Londres a annoncé lundi qu'il n'écarte pas la possibilité de poursuivre l'Espagne à propos de ses contrôles "disproportionnés" à la frontière avec le territoire britannique de Gibraltar.
Le conflit entre Madrid et Londres s'est ravivé après la décision "unilatérale" de Gibraltar consistant à construire un récif artificiel composé de blocs de béton coulés dans la baie d'Algésiras, en Méditerranée, aux fins de développer la richesse halieutique de la zone. Cette décision a été qualifiée d'"inacceptable" par Madrid.
Bien que le conflit actuel qui oppose l'Espagne au Royaume-Uni autour de Gibraltar porte sur la question de la pêche, le fond du problème réside dans la revendication par Madrid de la souveraineté sur le "Rocher", cédé à la Grande-Bretagne dans le cadre du traité d'Utrecht en 1713.

Londres a annoncé l’envoi de navires de guerre à Gibraltar, dont un porte-hélicoptères.

Tourisme : l’Algérie veut concurrencer le Maroc. L’Algérie sera, à l’horizon 2025, une destination touristique concurrente au Maroc, à la Tunisie et à la Turquie. C’est ce qu’a laissé entendre le ministre algérien du Tourisme, Mohamed Benmeradi, dans un entretien paru ce lundi dans les colonnes du quotidien Echourouk.

Répondant à une question à propos de la capacité de l’Algérie à concurrencer ces pays dans le domaine du tourisme, le ministre a rappelé que le plan établi pour relancer le secteur, qui s’étale jusqu’en 2025, «a débuté il y a de cela cinq ans». Dans ce sens, «l’Algérie est sur la bonne voie», a-t-il assuré.

D’après Mohamed Benmeradi, chaque année, au moins 1 million de touristes, algériens ou étrangers,  visitent l’Algérie. Le ministre a, néanmoins, évoqué quelques aspects qui, selon lui, n’aident pas à relancer le secteur touristique en Algérie. Après avoir rappelé que l’attaque terroriste contre le site gazier de Tiguentourine, dans la wilaya d’Illizi, a porté préjudice au secteur, Mohamed Benmeradi a relevé que les prix des billets d’avion de la compagnie nationale Air Algérie «ne sont pas compétitifs». Le prix d’un billet à destination du Maroc en provenance de Paris, est par exemple, beaucoup moins cher que vers Alger, a-t-il reconnu.  

Par ailleurs, Benmeradi a indiqué que quelques mesures ont été prises pour favoriser la relance du secteur. Il a cité la facilitation de l’octroi des visas pour les touristes, avec en projet l’éventualité de l’établissement du visa express fourni aux frontières, ainsi que allègement des procédures de surveillance policière des touristes étrangers. Le ministre a également évoqué le tourisme local, en proposant la mise en place d’un «chèque voyage» de 10 millions de centimes qui sera offert aux travailleurs.

En réalité, le pays a un immense potentiel touristique, mais la vision du secteur reste superficielle et il n’y a pas de véritable stratégie.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SALAFIN: Résultats Semestriels S1-2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.