Tunisie : Assassinat par balles d’un nouvel opposant politique

Tunisie : Assassinat par balles d’un nouvel opposant politique

Le 25 juillet 2013 à 12h55

Modifié le 25 juillet 2013 à 12h55

Le chef d'un parti d'opposition tunisien, le député Mohamed Brahmi, a été assassiné jeudi par balles devant son domicile près de Tunis, a annoncé le ministère de l’Intérieur.

Mohamed Brahmi faisait partie d’une mouvance politique proche de celle de Chokri Belaïd, tué début février dernier, la gauche radicale et comme lui, était un opposant virulent au pouvoir en place et à Ennahdha. Elu à l'Assemblée nationale constituante (ANC), Mohamed Brahmi, âgé de 58 ans, était fondateur et ancien secrétaire général du Mouvement du peuple (Echaâb).

La Tunisie célèbre ce jeudi la Fête de la république, un événement à connotation laïque pour lequel l’opposition s’est mobilisée.

Après la destitution de Mohamed Morsi en Egypte, un mouvement tunisien « Tamarrod » a réuni plusieurs centaines de milliers de signatures pour faire tomber le régime.

L’assassinat de Chokri Belaïd avait créé une grave crise politique. Plusieurs centaines de milliers de Tunisiens avaient accompagné sa dépouille lors d’obsèques nationales grandioses, les plus grandes que le pays aiet connues, transformées en manifestation contre le pouvoir islamiste.

Selon différentes sources officielles, l’assassinat de Chokri Belaïd a été commis par un courant salafiste. Hier au sortir d’un conseil des ministres, Noureddine Bhiri, haut responsable au gouvernement et à Ennahdha, avait annoncé que l’assassinat de Chokri Belaid avait été élucidé et que les commanditaires sont désormais connus.

Onze balles à bout portant

"Mohamed Brahmi, coordinateur général du Mouvement populaire et membre de l'Assemblée nationale constituante (ANC), a été assassiné par balles devant son domicile dans la région de l'Ariana", ont indiqué la télévision nationale Watanya et l'agence officielle TAP.

"Allah Akbar (Dieu est grand), Mohamed Brahmi a été tué, son corps a été criblé de balles devant son épouse et ses enfants", a déclaré, en pleurs, à la radio, Mohsen Nabti, membre du bureau politique du Mouvement populaire, une petite formation de gauche.

La télévision Watanya a précisé que M. Brahmi avait été abattu par onze balles tirées à bout portant par des inconnus.

L'assassinat de Mohamed Brahmi est le deuxième du genre après celui de l'opposant Chokri Belaïd, tué également par balles le 6 février devant son domicile. Le meurtre de ce dernier avait provoqué une grave crise politique dans le pays.

Des manifestations spontanées, appelant à la chute du régime et réunissant quelques centaines de personnes à chaque fois, éatient signalées en début d'après midi dans plusieurs villes du pays.

Le député Iyed Dahmani, grande figure de l'opposition, a annoncé qu'il présentera aujourd'hui sa démission de l'ANC. De multiples appels à manifester ce soir devant les sièges du parti Ennahdha circulaient sur Facebook, ainsi que des appels à une grève générale demain vendredi.

Le président de la république, l'impopulaire Moncef Marzouki, a lancé un appel au calme, de même que le vrai maître du pays, Rached Ghannouchi, par ailleurs président du mouvement islamiste Ennahdha.

Les condamnations de l'assassinat étaient, comme on pouvait s'y attendre, unanimes.

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.