La BMCI réalise un exercice satisfaisant malgré la conjoncture

La BMCI a présenté hier, lundi 8 février au Hyatt Regency de Casablanca, ses résultats annuels au titre de l’année 2012.  

La BMCI réalise un exercice satisfaisant malgré la conjoncture

Le 9 avril 2013 à 13h44

Modifié 9 avril 2013 à 13h44

La BMCI a présenté hier, lundi 8 février au Hyatt Regency de Casablanca, ses résultats annuels au titre de l’année 2012.  

La conférence de presse de la BMCI a été animée conjointement par Jacques Ardant, président du directoire, Rachid Marrakchi, directeur général, et François Guillon, membre du directoire.

Le groupe se veut rassurant. Au terme d’une année financière morose, la BMCI a su tirer son épingle du jeu. En effet, sa politique d’expansion repose sur trois axes fondamentaux : le développement de la politique d’investissement, le renforcement de la solidité financière et une gestion améliorée des risques. Retour sur les principaux chiffres.

Au terme de l’exercice 2012, l’encours moyen des dépôts a évolué de +6,3% pour une valeur globale de 42,5 milliards de DH. Cette hausse est due à une segmentation affinée du marché et à un élargissement de la gamme des offres de produits, mais aussi à l’ouverture de nouvelles lignes de métiers.

L’encours moyen des crédits a, quant à lui, progressé de 4,7% atteignant 50,2 milliards de DH. Et pour cause ! Les crédits de trésorerie et à la consommation ont marqué une évolution de +7,4%.

Le développement des métiers de flux et du commerce international a permis de réaliser une marge sur commission consolidée de 424 millions de DH, en progression annuelle de 9,4%.

En revanche, les frais de gestion ont connu une nette augmentation, s’établissant à 1,4 milliards de DH, en progression de 9%. Jacques Ardant rassure, les frais généraux sont essentiellement générés par les opérations d’investissements. Notamment à l’extension du réseau bancaire (334 agences en 2012), dispense de 110.000 heures de formation et le recrutement de plus de 1.000 collaborateurs.

Le coût du risque a progressé, de son coté, de 41,5%. Rachid Marrakchi explique que : « ce taux est lié au risque que présentent les portefeuilles, dans un contexte de ralentissement économique, il convient de passer les provisions par mesure de prudence ».

Economiquement, le groupe a réalisé un produit net bancaire de 3,2 milliards deDH, en progression de 3,2%, et ce « à travers le développement des activités commerciales, en créant un effet de synergie entre les métiers des filiales du groupe », explique M. Ardant.

Par ailleurs, les indicateurs de la santé financière du groupe sont au vert. Le ratio de solvabilité du groupe est de 13%, le taux de liquidité, lui, et de 137%. Le dividende par action, au terme de l’année 2012, est de 30 DH, en progression de 20%. Autant dire que le groupe BMCI n’envisage pas de financement à moyen terme auprès de la Banque Centrale.

D’ailleurs, en terme de fiabilité financière, la BMCI fait figure de bon élève. L’agence de notation Fitch lui accorde une note à long terme de première qualité « AAA » avec une perspective d’évolution de la note Stable. Sa note à court terme ne fait pas l’exception, le groupe a obtenu un Rating de F1+.

En ce qui concerne les aspirations de la BMCI pour l’année 2013, le groupe affiche la volonté de poursuivre sa politique de proximité à deux niveaux : continuer son programme d’ouverture de nouvelles agences avec une augmentation de 25% à fin 2014 d’un coté. Et développer son réseau e-banking et mettre en place un projet de Mobile Banking au deuxième semestre de l’année 2013 de l’autre.


 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SNEP : Avis de convocation à l’AGO du 24 Juin 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Nadia Fettah présente le PLF 2022 au parlement

Covid : Khalid Ait Taleb réponds au parlement